C’est durant la fashion week Londonienne que la Maison Margiela a présenté sa nouvelle collection imaginée par le provocateur John Galliano.

Un retour attendu à la Maison Margiela après de multiples fracas

Après l’Affaire Dior et son départ précipité de la Maison, John Galliano semblait perdu, absent. Certes il a toujours conservé de puissants soutiens dans le monde de la mode : Anna Wintour, Kate Moss ou encore Oscar de la Renta qui lui permit de revenir un temps sur le devant de la scène. Durant les mois qui précédèrent sa nomination chez Martin Margiela, le créateur avait donné plusieurs interviews expliquant s’être mis en retrait de la frénésie médiatique de la mode. Cependant l’annonce de son arrivée à la tête cette marque me laissa perplexe : d’un côté un créateur super star ultra médiatique et de l’autre une maison où la confidentialité, le mystère et le secret sont les maîtres mots. Déjà dans mon entourage les esprits s’échauffaient, certains devenant des pro Margiela et criant au scandale et d’autres défendant l’immense créativité de John Galliano. On revivait les mêmes débats qu’à l’issu des premiers défilés Saint Laurent par Hedi Slimane. Et puis l’effet d’annonce était un peu retombé jusqu’à ce lundi de janvier 2015.

Maison Margiela - Galliano 2
Maison Margiela - Galliano 1

Maison Margiela, le temps des surprises

Et les surprises s’enchaînent ! Au revoir Paris et le calendrier de la Haute Couture car cette présentation se déroule durant fashion week Homme de Londres. On annonce également un changement de nom pour la marque devenue Maison Margiela (exit Martin référence ultime à la personnalité du créateur d’origine). De part ces éclairages, ce défilé devient tout un symbole pour John Galliano. Il revient à sa grande passion, la Couture, au cœur de la ville qui a vu son talent se révéler. De même, la modification du nom de la marque, symbole aussi d’un renouveau, d’un nouvel élan, d’un nouveau départ. C’est donc des invités triés sur le volet qui vont assister à ce défilé synonyme de renaissance du phoenix aussi bien pour John Galliano que pour les équipes de Maison Margiela. Parmi eux se trouvent les soutiens de toujours, Anna Wintour en tête, mais aussi quelques confrères (Alber Elbaz de chez Lanvin et Nicola Formichetti de Diesel).

Maison Margiela - Galliano 4
Maison Margiela - Galliano 3

Premier défilé dédié à la déconstruction

La planète mode poste de manière compulsive des clichés du décors sur les réseaux sociaux, où l’on découvre un espace immaculé et ultra minimal. La collection ne comporte que 24 silhouettes et toutes sont un astucieux mélange entre le savoir faire des ateliers Margiela et le génie de Galliano. On note le même souci du détail, la même attention apportée à la technique et surtout la mise en avant d’un travail artisanal fait main dans le travail de Galliano et de Margiela. Le résultat c’est une collection mettant en avant la déconstruction du vêtement propre à la marque avec une touche de théâtralité propre au créateur. En respectant l’esprit de la Maison Margiela, John Galliano est apparu à la fin du défilé habillé sobrement d’une blouse blanche et aucune interview n’a été réalisée en backstage.

Maison Margiela - Galliano 6

Cette première collection événement est une réussite et laisse présager un engouement constant pour les prochaines. John Galliano fait ce qu’il sait le mieux faire : il réalise sa mode en mixant ses aspirations avec l’histoire des maisons dont il a la charge. Bien qu’initialement je fusse perplexe, cela me fait plaisir de voir de nouveau des pièces uniques signées par le créateur. Welcome back John !