Romain Jérôme sihh 14 Collection 1969 Montre 3

Comme souvent les collections Romain Jérôme utilisent des matériaux très différents, vraiment différents. Alliage d’argent, poussière lunaires, ou acier issu du Titanic… les créations attirent ceux qui aiment la différence et l’originalité.

Romain Jérome collection 1969

Cette année, Romain Jérôme présente le nouveau fer de lance de sa collection, 1969, déclinée en quatre modèles. En quête de matériaux innovants pour les trois autres cadrans de 1969, RJ-Romain Jerome a trouvé son inspiration dans les trésors de Mère-Nature. Abrégé par le sigle « SI » dans le tableau périodique des élé-ments, le Silicium est un matériau naturel couvrant près de 90% de la surface de la planète. Souvent utilisé dans l’électronique, son improbable collision avec le monde horloger se matérialise chez RJ-Romain Jerome sur les cadrans de ses 1969. Cette matière naturelle, translucide et très fragile peut être colorée grâce un processus spécial de vapo-risation de matière (PVD). Les cadrans en silicium bleu et gris sont emboités dans un boîtier en acier satiné tandis que le cadran brun est parfaitement intégré dans un boîtier en acier PVD noir.

Romain Jérôme sihh 14 Collection 1969

Cette nouvelle pièce de 43mm au design vintage reflète la nostalgie des années durant lesquelles l’esthé- tique était inspirée par des lignes épurées et géométriquement sobres. Contrastant avec l’esthétisme retro, les cadrans aux couleurs soutenues transporteront leurs propriétaires dans un univers mystérieux au fond d’une galaxie lointaine. Fasciné pas l’Univers ainsi que pas les exploits de l’Homme, RJ-Romain Jerome réinterprète notre Histoire contemporaine en créant une nouvelle pièce horlogère au design épuré et élaboré, la Skylab.

Skylab Romain Jérôme Sihh 2014

Baptisée du nom de la première station spatiale de la NASA et célébrant 40 ans de son lancement, RJ-Romain Jerome présente la réinterprétation horlogère du Skylab. Abrité dans un nouveau boîtier de 44mm, le mouvement squelette mécanique rend hommage à l’architecture révolutionnaire de la station spatiale combinant un habillage fin et un système de panneaux solaires complexes. Les cinq niveaux du squelette permettent à chacun de s’évader dans un rêve éveillé. Chaque élément du mouvement semble flotter dans l’espace tout en étant délicatement retenu par des ponts anglés rappelant la sophistication graphique d’un circuit informatique. La glace saphir transparente du fond de boîte accentue encore l’effet de gravité zéro en révélant le barillet à 12h et le mouvement régulier du balancier à 6h. Le monogramme RJ est, quant à lui subtilement placé au niveau inferieur du squelette. Les quatre griffes enserrant la pièce ont été anglées et élargies afin d’accentuer encore la générosité du design de la boîte. Le raffinement de cette pièce va jusqu’à dans le dessin des cornes évidées afin d’alléger la montre. Cette particularité n’est pas uniquement stylistique, elle cache un ingénieux système de vissage des cornes.

Romain Jérôme Skylab sihh 2014