Cette année, diptyque fête ses 60 ans, l’occasion idéale pour redécouvrir la singularité de cette maison, sa créativité et son histoire.

©diptyque
©diptyque

En quelques mots, quelle est l’histoire de la maison diptyque ? Quelles ont été les premières créations ?

Qui sait, lorsque s’échangent les premiers mots d’une rencontre, l’avenir qu’elle nous réserve ? Desmond Knox-Leet est peintre – une passion à laquelle il s’adonnera tout au long de sa vie – avec Christiane Montadre-Gautrot, tout droit sortie de l’École des Arts Décoratifs, ils dessinent des maquettes de tissus d’ameublement qui voguent ensuite vers Londres, chez Liberty et Sanderson. Yves Coueslant, après avoir suivi les cours de l’École du Louvre, découvre le monde de la décoration et du théâtre auquel il se consacrera douze années durant.

Nous sommes en 1959, les pas d’Yves et de Desmond se croisent… quelques mois plus tard, les trois amis décident de créer leur propre maison d’édition de tissus.

Les 3 fondateurs ©diptyque
Les 3 fondateurs ©diptyque

C’est ainsi qu’en 1961, ils s’installent au 34 boulevard Saint-Germain. Si la vente des tissus – trop avant-gardistes sans doute – tarde un peu à porter ses fruits, les lampions traditionnels allemands dont ils ornent leurs vitrines de Noël enchantent les visiteurs… Surpris certes, mais encouragés, guidés par leur curiosité, ils laissent libre cours à leur goût de l’insolite, de l’artisanal, de l’ethnique, du ludique… chinant, créant au fil de leurs voyages un ensemble hétéroclite d’objets venus d’ici et d’ailleurs. Les ventes s’enflamment, la presse s’en mêle, le succès est là. Entre trouvailles et réalisations personnelles, la Maison affirme sa personnalité.

En 1963, trois bougies parfumées voient le jour. Elles s’appelleront Thé, Aubépine et Cannelle.
Cinq ans plus tard, leur première eau de toilette se nomme L’Eau. Une simplicité audacieuse, un tempérament précurseur… Le ton est donné.

Aubepine_candle_1963©diptyque Cannelle_candle_1963©diptyque Thé_candle_1963©diptyque

Quels sont les produits iconiques de la maison ?

Pour les bougies, les senteurs Figuier, Baies, Feu de Bois et Ambre font partie des incontournables de la Maison. Elles se déclinent en 4 grammages différents : 70g, 190g, 300g et 1500g (avec une exception pour la bougie Baies qui existent en plus en format 600g).

©diptyque
©diptyque

Concernant les fragrances, Philosykos, L’Ombre dans L’Eau, Do Son, L’Eau des Sens, Tam Dao sont incontestablement les senteurs les plus appréciées par les clients.

EDT_Philosykos©diptyque

©diptyque
©diptyque
©diptyque
©diptyque

Quelles ont été les dates / étapes importantes de la maison ?

1959 : La rencontre entre les 3 fondateurs.

1961 : Installation au 34 boulevard St Germain, quartier des clubs de jazz, proche du Jardin des Plantes. A l’époque, la boutique vend des tissus et des objets insolites (jouets en bois ou même couvertures réalisées par des artisans gallois) chinées lors de leurs voyages.

Window_boutique_34bd Saint Germain©diptyque Inside_boutique_34bd Saint Germain_5©diptyque Inside_boutique_34bd Saint Germain©diptyque

Elle possède deux vitrines, comme les deux pans d’une œuvre. Un diptyque. La Maison est baptisée.

1963 : Création des 3 premières bougies parfumées (Thé, Aubépine et Cannelle), le début d’un large répertoire de senteurs. Desmond Knox-Leet dessine l’ovale et le logo emblématiques, avec les lettres dansantes exprimant la senteur de chaque bougie.

1968 : Naissance de l’Eau, première eau de toilette libre de genre, qui donnera le ton avec son tempérament précurseur, basée sur une recette de pot-pourri du 16e siècle et le parfum d’un pomander.

Desmond imagine des seynètes narrant toute l’inspiration et l’histoire de la fragrance, apparaissant au recto et au verso des flacons et toujours pensées ainsi sur les nouvelles créations

2002 : Inauguration de la première boutique à l’étranger : Boston. Londres et San Francisco suivront, chacune avec leur propre design imaginé en fonction de la ville et/ou du quartier.

2011 : L’atmosphère odorante de la boutique historique du 34 boulevard Saint-Germain est capturée grâce au Headspace par Roman Keiser pour donner vie à la 1ère fragrance de la collection : 34 boulevard Saint Germain.

Cette année, marque également la découverte d’un autre usage pour la cire parfumée avec le palet parfumé.

2012 : Réinterprétation de la fonction première du sablier pour lire le temps à travers le parfum et rendre visible l’invisible : naissance du Sablier diptyque.

Electric_Diffuser©diptyque

2013 : Création du diffuseur électrique Un Air de diptyque avec la technique de l’encapsulation

Hourglass©diptyque

2017 : Lancement de la gamme de l’Art du Soin

2021 : Toujours aussi créative et inventive, la Maison fête son soixantième anniversaire à sa manière, s’inspirant librement du passé pour mieux se tourner vers l’avenir.

Quel est le processus créatif lors d’un lancement d’un produit ?

Le processus créatif chez diptyque est tout particulier. Chaque création est une co-création, un vrai travail à quatre mains avec le parfumeur. L’idée créative de départ est portée par diptyque, et les inspirations peuvent être très variées : un lieu, un voyage de nos fondateurs, un voyage imaginaire, la mythologie, ou encore une matière première. Nous partageons cette inspiration de départ et l’histoire du parfum que nous souhaitons créer avec le parfumeur.

Un point majeur et structurant de la création chez diptyque : nous choisissons le parfumeur avec qui nous souhaitons travailler au début du projet, nous ne briefons pas plusieurs parfumeurs. Nous le choisissons selon son lien avec le propos, son plaisir à travailler une famille olfactive ou les matières premières que nous avons en tête pour ce projet. Nous prenons le temps d’échanger, de sentir les différentes matières, choisissons même selon les développements leurs provenances et les types d’extractions. Puis nous avançons, nous échangeons beaucoup sur nos ressentis après avoir porté les soumissions, nous suggérons des ajustements, et un point crucial de cette co-création : nous l’arrêtons seulement quand nous sommes tous satisfaits. Nous aimons laisser du temps à la création, nous autoriser à revenir en arrière et même parfois recommencer.

©diptyque
©diptyque

Pourquoi diptyque et l’art / la créativité sont-ils si liés ? Pourquoi les artistes ont-ils une place si importante chez diptyque ? Avec quels nez et artistes avez-vous collaboré ?

Christiane Montadre-Gautrot, Yves Coueslant et Desmond Knox-Leet, les trois fondateurs de la Maison, se rencontrent par le biais d’amis communs évoluant dans le théâtre, tous passionnés de beau, ils avaient une formation et une pratique artistique. L’art a scellé leur amitié et fait naître diptyque.

2 hommes, 1 femme. 1 anglais, 2 français.

Christiane Montrade était architecte et diplômée des Arts Décoratifs, Yves Coueslant décorateur de théâtre et formé à l’école du Louvre et Desmond Knox-Leet, peintre, avait fait les Beaux-Arts de Paris.

Quand ils créèrent la boutique du 34 bd St Germain, ils n’avaient aucun autre programme que celui de suivre leurs envies. Cette citation de Christiane dit tout de leur état d’esprit à l’époque :

Nous étions des artistes. Nous n’étions pas guidés par l’arrivisme, mais par la passion, l’imagination, la création et l’envie de réaliser quelque chose de vrai

Le secret de la singularité de diptyque trouve notamment sa source dans l’alchimie particulière de ces trois personnalités. C’est de leur complicité que naît cette créativité audacieuse qui porte encore la Maison aujourd’hui et c’est tout naturellement que la rencontre se place au cœur de la création. Les rencontres et les collaborations façonnent diptyque depuis ses débuts.

Depuis toujours, la création à plusieurs y est la règle. Le trio fondateur, le trio d’aujourd’hui, Maison, parfumeur et illustrateur s’accordent pour ne former qu’un et créer objets, bougies et parfums.

La Maison compte 5 parfumeurs et amis fidèles, choisi pour leur affinité avec le propos :

Fabrice Pellegrin, auteur notamment de l’eau de toilette Do Son et Eau Rose, Olivia Giacobetti a créé Philosykos et Ofrésia, Olivier Pescheux a, quant à lui, imaginé Eau des Sens et plus récemment Orphéon, hommage au club de jazz éponyme des années 1960, attenant à la boutique du 34 St Germain, Cécile Matton a créé les eaux de parfum Do son et Tam Dao et enfin Alexandra Carlin la bougie Elide.

Olivia Giacobetti ©iskia
Olivia Giacobetti ©iskia
Olivier Pescheux ©givaudan
Olivier Pescheux ©givaudan
Cecile Matton ©Matthieu Dortomb
Cecile Matton ©Matthieu Dortomb
Alexandra Carlin ©Alex Bonnemaison
Alexandra Carlin ©Alex Bonnemaison
Fabrice Pellegrin ©firmenich
Fabrice Pellegrin ©firmenich

Comme pour le parfum, la création de l’illustration est aussi un travail à 4 mains avec l’artiste.

diptyque fait appel à des artistes pour illustrer ses collections, chacun apportant son univers. Ugo Gattoni, Safia Ouarès, Luke Edward Hall, Pierre Marie ou encore Gianpaolo Pagni (pour n’en citer que quelque uns) font partie des multiples talents créatifs invités à imaginer les éditions passées et à venir de la Maison.

Quelles sont les nouveautés créées pour célébrer les 60 ans de la maison ?

L’année 2021, année des 60 ans est ponctuée de 5 moments qui font tous faire vivre des thèmes chers à la maison. Les collections, les surprises et les événements se succèdent, faisant le sel de cette année historique, propice à la réinvention du patrimoine de la Maison. Véritable bain de jouvence créatif, 2021 est l’occasion de replonger aux sources de l’histoire de diptyque et de sa quintessence.

Le premier chapitre célébrait le graphisme. Depuis toujours, les jeux graphiques sont rois chez diptyque : la typographie chahutée – les lettres dansantes – et les illustrations narratives se déploient au centre de l’ovale iconique avec une réelle fantaisie et le concours régulier d’illustrateurs et d’artistes invités. Pour l’occasion 4 senteurs des célèbres bougies blanches se sont parées d’un nouveau dessin imaginé par le designer Yorgo Tloupas.

Le deuxième chapitre faisait écho à la notion de rencontres. Car la rencontre et la création à plusieurs mains sont une évidence pour diptyque. C’est Olivier Pescheux qui a composé la nouvelle Eau de Parfum Orphéon. S’en est suivi la création d’un morceau éponyme imaginé par Lewis OfMan, mettant en musique les notes de la fragrance. Orphéon est donc une co-création, une histoire de rencontres, comme diptyque les aime.

Diptyque_Orpheon02_Horizontal

Le troisième chapitre est inspiré de la nature et de l’amour qu’avait les fondateurs pour la région méditerranéenne. Une nature simple, authentique et ouverte sur la mer. Une collection estivale qui sera dévoilée très prochainement (mi-juin)

La quatrième valeur de l’année est un point culminant.

Elle tient en quelques mots : Le Grand Tour. Le Grand Tour ouvre des horizons. Écho à l’histoire de diptyque et de ses fondateurs, il dit le goût du voyage et de la découverte de l’autre qui caractérise la Maison, nourrit son regard, sa curiosité́ et son imaginaire et se retrouve dans ses fragrances et ses objets. A cette occasion, diptyque prépare un programme tout particulier dont sa première exposition. La Maison a fait appel à 5 artistes pour proposer leur interprétation d’une des 5 destinations de ce Grand Tour : Paris, Venise, Miliès, Kyoto et enfin Byblos.

Le cinquième chapitre, « la curiosité comme un trésor », car diptyque a toujours assumé cette nécessaire curiosité, sera un clin d’œil aux débuts de la boutique, quand on pouvait aussi bien trouver des jouets en bois que des cravates ou divers objets de décoration.

Retrouvez toutes les informations sur la maison diptyque ici