Ouverte en mars dernier, la Villa Maïa est la quintessence du luxe. Hôtel à taille humaine, ce projet est particulièrement incroyable ! Découvrez-le !

Hall-entree-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon©CamilleMoirenc

Villa Maïa, la surprise lyonnaise !

C’est une surprise, voire une découverte, peut-être l’inverse mais une chose est sûre, je viens à vous pour vous dresser le portrait d’un plaisir coupable, complice et luxueux.

Il faut tout d’abord se rendre à Lyon, là où les couloirs du temps vous plongent dans d’autres époques, là où derrière les portes, l’architecture a bouleversé les codes de l’urbanisme et édifié une ville aux multiples visages. Une ville où la gastronomie est un art de vivre, où l’art se veut pluriel et pluridisciplinaire, où à chaque instant le design s’interprète dans toute sa diversité.

Hall-entree-bagages-services-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon©CamilleMoirenc

Le chauffeur est venu me chercher directement sur le quai de Lyon Part Dieu pour me conduire vers l’un des SUV les plus polyvalents, sûrs et performants, le Model X de Tesla. Les ailes se sont ouvertes pour me laisser pénétrer dans un confort extrême. Equipé d’une batterie de 100 kWh pour 565 km d’autonomie, le Model X peut atteindre les 100 km/h en seulement 3,1 secondes, ce qui est tout à fait unique pour un véhicule de sa catégorie. Si le SUV est sans compromis, j’imagine déjà que la Villa Maïa en sera de même.

Le chauffeur guide mon regard à travers la ville. On passe du quartier moderne au Lyon historique avec ses rues grouillantes de badauds flânant sous un soleil revigorant. Ma curiosité grandit. On m’a parlé d’un lieu nouveau, d’une parenthèse de quiétude interprétée par trois grands noms, Jean-Michel Wilmotte pour l’architecture, Jacques Grange pour la décoration et Louis Benech pour les jardins.

Façade-architecture-Jean-Michel-Wilmotte-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-2©CamilleMoirenc

Au plus nous approchons, au plus mon impatience se fait grande. Dans la voiture, Fabrice me dresse le portrait de la ville, ses caractéristiques et ses détails. Puis très vite, je demande à quoi ressemble la Villa Maïa. Dans sa voix, une certaine fierté se fait entendre. « A aucun autre endroit Monsieur. La Villa Maïa domine Lyon. Sa vue est imprenable et son histoire est grande ! Trois grands noms ont imaginé une retraite exclusive ».

Et puis, en franchissant la Saône par le pont Bonaparte, j’aperçois la Cathédrale Saint-Jean, puis la Basilique Notre-Dame de Fourvière avec en contrebas la Villa Maïa, ma destination… « C’est là Monsieur » me dit Fabrice. La voiture s’échappe à travers les ruelles et grimpe la montée du Gourguillon. J’arrive à destination. L’accueil est déjà grandiose ! Un « bonjour Monsieur Demaury » sincère et sympathique marque le début du Festival du bien-être que je m’apprête à vivre en ces lieux.

Hall-entree-lustre-decoration-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-2©CamilleMoirenc

J’entre dans le lobby au décor chic et baigné d’une lumière réconfortante. A la réception, la clé 306 m’est attribuée. Il s’agit d’une suite. Sur le panneau, je remarque un petit nombre de clés. 37 exactement !

Porte-cles-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-2©CamilleMoirenc

Me voilà donc dans un lieu à taille humaine ! Un homme m’accompagne à travers l’hôtel jusqu’à mon lieu de repos… Si habituellement, je traverse rapidement les couloirs pour aller à l’essentiel, je prends ici le temps de me balader. Le temps semble, en réalité, ne plus exister. Nous nous « baladons » à travers les colonnades et le décor luxueux de Monsieur Grange. Puis, nous nous stoppons à la bibliothèque et au bar. Le décor mêlant des couleurs particulièrement POP et un mobilier revisité allant des années 50 à 70 m’interpellent. Le silence est d’or ici. Le style est sublime. Tout est juste, tout est beau. Chaque pièce constitue une oeuvre dans laquelle on évolue aisément.

Bar-decoration-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-3©CamilleMoirenc

En parlant d’oeuvre, mes yeux sont attirés par les créations artistiques disposées ici et là, tout au long de mon parcours… L’homme me conduit finalement à la Suite. Troisième étage, au fond du couloir, le numéro 306 s’ouvre à moi. Directement, je suis happé par la vue saisissante sur la ville. Je pense que l’homme derrière moi est spectateur de mon émotion, de ma surprise. Il ne dit pas un mot. J’avance d’un pas hésitant vers le balcon dissimulé depuis lequel un panorama magnifique s’offre à moi.

Vue-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-3©CamilleMoirenc

Dommage pour les savants de l’Antiquité (avant Galilée) qui ont mis des décennies à démontrer que la Terre est ronde, car en venant à l’endroit même où je me trouve, ceux-ci auraient pu s’en rendre compte directement. La ligne d’horizon est parfaitement claire. Le paysage particulièrement plat et fait de toitures aux multiples cheminées me permet d’observer les ouvrages emblématiques de la ville et d’en comprendre son évolution. C’est un peu comme si un livre d’histoire et de géographie venait de s’ouvrir face à moi. Mon guide me présente les services et ma suite. Au-dessus de mon lit King Size une oeuvre d’Art domine. Il s’agit d’une photographie circulaire représentant le métro japonais réalisée par Charles Maze. Un bijou !

Suite-salon-decoration-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-6©CamilleMoirenc

Puis, il me montre la salle de bains spectaculaire au sol chauffant, faite de marbre de Carrare et de nickel brillant. Le grand luxe. Une fois seul, je profite d’une bonne douche et de quelques instants sur la terrasse à observer Lyon, à scruter le monde. Sur ma tablette, les infos coulent à flot alors que face à moi, le calme semble être en complète opposition avec ce que je lis. Alors je stoppe les infos, mets un jazz et me laisse porter !

Jardin-louis-benech-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-6©CamilleMoirenc

Un déjeuner avec Madame la Directrice des lieux nous guide à la table du restaurant gastronomique « LA TETEDOIE » situé face à la Villa Maïa. Nous profitons, nous échangeons sur le monde autour de mets frais, fins et délicieux avant de regagner le lieu de villégiature. Après avoir travaillé et arpenté la ville à la découverte de ses arts et son design, je regagne ma suite pour finir ma journée aux Thermes. Je parcours le jardin contemplatif et évolutif imaginé par Louis Benech, traverse les voûtes antiques et accède à l’espace bien-être.

Thermes-bassin-spa-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon©CamilleMoirenc

Face à moi, dans une lumière exceptionnelle, un bassin de 20 mètres de long se profile. Si la pierre de Champagne beige et la pierre bleue du Hainaut ont été préférées pour construire le décor, si le plafond pompéien et murs en vibration de staff ont été dessinés par Jacques Grange et réalisés par l’Atelier lyonnais Rouveure-Marquez, le bassin quant à lui se pare d’une mosaïque reprenant le motif de celui qui fut découvert lors des fouilles qui ont eu lieu avant le démarrage du chantier de construction.

Dans le jacuzzi, je profite de l’instant. Le jardin contemplatif porte à juste titre son nom et se transforme en une source d’inspiration. Je me perds à admirer l’extérieur tout en profitant de ce moment dans l’eau tempérée.

Suite-vue-cocktail-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-4©CamilleMoirenc

Après un long moment, un diner dans un bouchon lyonnais et une balade en ville, je me laisse attraper par le temps. J’en deviens sa victime ! Sur la terrasse, bercé par la douceur et le silence, le sommeil m’emporte … Me sentant sombrer dans les bras de Morphée, je me dirige vers l’imposant lit pour une longue nuit, très longue…
Au petit matin, le soleil transperce la vitre et frôle mon visage. C’est comme une caresse, une sensation agréable de douceur et de chaleur. En ouvrant les yeux, je retrouve le panorama magique.

Chambre-salle-de-bain-decoration-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-2©_Studio_Erick_Saillet

Chambre-salle-de-bain-decoration-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-©_Studio_Erick_Saillet

Après une douche et un festin matinal au petit-déjeuner, je pars de nouveau en ville, en quête des Arts et des ouvrages de la ville. Sur les bons conseils de François Méquinion, l’homme aux clefs d’or, je me laisse guider vers le centre-ville. Ayant émis le souhait de visiter l’Opéra, l’homme tente de me faire ouvrir les portes du lieu pour une expérience exclusive ! Le chic absolu !

Après une longue balade, il est temps de regagner la Villa Maïa pour conclure cette parenthèse enchantée. Je commande alors un déjeuner en chambre. L’homme me prépare et m’apporte un club sandwich savoureux. En réalité, ce fut certainement le meilleur jamais dégusté dans un hôtel luxueux !

Decoration-Jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon©CamilleMoirenc

 

Bar-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon©CamilleMoirenc

Je profite alors d’un dernier regard vers l’horizon, rassemble toutes mes affaires étalées ici et là et me rends à la réception. En fermant la porte, un pincement se fait sentir. Sentiment étrange ! En fait non, pas si étrange que cela à vrai dire … Je quitte un endroit de haute facture, le fruit d’une réflexion axée autour du bien-être et du client !

Je m’y sens bien et sais déjà que j’y reviendrai prochainement, vite, très vite même…

Suite-decoration-jacques-grange-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-2©CamilleMoirenc

Plus sur la Villa Maïa

29 chambres
-  superficie de 30 à 35m² et dotées d’une terrasse privative offrant une vue sur le jardin
- Quelques chambres offrent la vue sur la ville de Lyon
- Lits 180×200 ou 200×200, possibilité de lits jumeaux sur demande

7 suites
- Superficie de 60 à 65m² disposent d’un espace salon, d’une terrasse privative offrant une vue sur la ville de Lyon
- Minibar de courtoisie offert (hors boissons alcoolisées)

1 appartement
- Superficie de 95m² disposant d’une chambre séparée, d’un espace salon et salle à manger et d’une terrasse privative offrant une vue sur la ville de Lyon
- Dressing
- Bar de courtoisie offert (machine à café, bouilloire, sélections de boissons)

Pour réserver, cliquez ici ou contactez-nous

Façade-nuit-architecture-Jean-Michel-Wilmotte-Villa-Maïa-Hotel-Lyon-3©CamilleMoirenc