PDG, CEO, Fondateur/Fondatrice, Chargé(e) de marketing ou de communication, découvrez chaque mercredi le portrait d’un acteur du luxe. Après Fabrice Gautron (Tiffany & Co.), Jérôme Tourbier (Les Sources de Caudalie) ou encore Nicolas Bos (CEO de Van Cleef & Arpels), c’est au tour de Madame Anne Legrand, Directrice Générale de l’hôtel Renaissance St Pancras à Londres, de se confier à Luxurydesign.

anne-legrand

Quel a été votre parcours ?

Je n’ai pas fait d’études en école d’hôtellerie. J’ai un parcours assez classique en école de commerce. J’ai découvert l’hôtellerie un peu par hasard, lors d’un stage à Atlanta (USA). Ce fut une révélation.

Alors, j’ai commencé comme commerciale. Puis, je suis devenue Directrice commerciale et marketing, pour ensuite passer aux opérations et devenir Directrice Générale. J’ai travaillé dans quatre hôtels à Paris de 2002 à 2016.

renaissance-paris-le-parc-trocadero-hotel-junior-suite
Renaissance Paris Le Parc Trocadero

Quelles sont les qualités nécessaires pour être Directrice ?

Je pense qu’avant tout, il faut aimer les gens et les respecter. Il est important d’avoir le sens du leadership pour arriver à la réussite d’un enjeu commun. Il faut avoir l’ambition de faire évoluer un hôtel et les gens qui y travaillent pour aller chercher le meilleur. Quand je quitte un hôtel pour un autre, ce ne sont pas les murs ou l’hôtel qui vont me manquer, ce sont mes collaborateurs !

Aimez-vous être à l’écoute de votre équipe ?

Oui, j’aime le management participatif. C’est à plusieurs que l’on prend les meilleures décisions.

renaissance-paris-le-parc-trocadero-hotel
Renaissance Paris Le Parc Trocadero

Cette approche du management est-elle unisexe ?

Cette approche est unisexe à mon sens. Notre manière de manager est influencée par différents facteurs. Notre personnalité, notre parcours et nos vécus en sont les principaux. Nous sommes influencés par la culture du groupe dans lequel nous évoluons, par nos mentors dont nous nous inspirons.

Au cours de votre parcours, avez-vous rencontré des difficultés ?

Pas vraiment. Ma principale difficulté a été de prouver ce que je valais. Lorsque j’ai pris mon premier poste de DG, j’avais un parcours atypique. Il n’y avait pas beaucoup de femme DG en 2002. Issue d’un milieu marketing, il fallait prouver à mes collaborateurs que j’étais capable de comprendre leurs problématiques.

renaissance-st-pancras-londres-afternoon
Renaissance St Pancras Londres

Quel regard portez-vous sur la femme dans le milieu du tourisme ? La femme est-elle écoutée, respectée, appréciée à sa juste valeur ?

À partir du moment où on est crédible et cohérent, oui. Que ce soit homme ou femme. Il y a plus d’hommes que de femmes mais elles sont autant écoutées que les hommes car la cohérence et le savoir-faire amènent l’écoute.

Vous avez une longue carrière dans l’hôtellerie et le tourisme. Comment jugez-vous l’évolution de la femme dans ce domaine ?

Je pense que cela a beaucoup évolué ces dernières années. Il y a 5 ou 6 ans, il y avait très peu de femme DG dans notre groupe. Aujourd’hui, les femmes occupent près de la moitié des postes et occupent également des postes importants dans la hiérarchie comme à la Présidence du groupe pour l’Europe.

renaissance-st-pancras-londres-exterieur
Renaissance St Pancras Londres

Pensez-vous qu’il plus simple d’évoluer à l’étranger ?

J’ai beaucoup appris à Paris. Il y a pas mal d’opportunité. Dès qu’on a la volonté de les saisir et qu’on a les moyens de les saisir, celles-ci s’ouvrent à vous.

Comment définiriez-vous le luxe ?

C’est compliqué à définir. La notion de luxe est très personnelle. J’ai une notion du luxe qui n’est pas forcement matériel mais qui nécessite des moyens. Je préfère davantage la notion de service, d’exclusivité, le raffinement. Cela peut-être un moment, ou la manière de vivre ce moment. Ma notion de luxe n’est pas forcément la même que la vôtre. Beaucoup de gens attachent la notion de luxe à l’argent. Le luxe n’est pas qu’ostentatoire. Cela serait trop simple.

renaissance-st-pancras-londres-lobby
Renaissance St Pancras Londres

Cette approche est-elle différente entre les hommes et les femmes ?

C’est possible, je pense qu’elle est plus matérielle chez les hommes, mais là encore c’est un cliché …

Quel est votre un regard sur le développement de l’hôtellerie en France ?

L’hôtellerie, d’une manière générale et pas seulement l’hôtellerie de luxe, à mon sens, cherche à aller au-delà de ce qu’il faisait avant. Nous cherchons à proposer une véritable expérience à nos clients.

renaissance-st-pancras-londres-suite
Renaissance St Pancras Londres

Constatez-vous une différence entre Londres et Paris ?

À Londres, nous avons la chance d’avoir beaucoup d’étrangers dans l’hôtellerie, c’est un mélange très cosmopolite et je pense que cela valorise l’hôtellerie londonienne. Ils apportent un savoir-faire, une richesse culturelle qui profite à l’expérience du client. À Paris, il y a un côté raffinement beaucoup plus fort.

Quel serait votre moment luxe ?

C’est un moment où je peux m’isoler. Mon rythme de travail est soutenu. Peut-être que le luxe serait un moment plus tranquille. Cela arrive quand je pars en vacances à l’Ile Maurice pour profiter des massages. C’est mon luxe !

Vos prochains objectifs ?

Faire grandir l’hôtel et le faire monter en puissance sur le revenu, son service et son design.