Pangkar laut bungalo

Transportée dans ma chimère, je glisse sur un tapis végétal dont seules les forêts tropicales en gardent le secret de confection. Non loin de moi, un petit singe scrute le sol à la recherche de graines. Se sentant observé, il s’enfuit aussitôt. Lancée à sa poursuite, je gambade à travers cette jungle désordonnée, ses fleurs d’hibiscus et de lycaste, enjambant des cours d’eau habités de poissons aux multiples couleurs. Seul le primate sait où se terminera sa fuite. Je ne peux repartir en arrière. Brutalement, la forêt s’interrompt, laissant place à une clarté aveuglante. Devant moi, une île apparaît.

Au premier plan, se dessinent de luxueuses villas construites sur pilotis. Toits à forte pente, grandes baies vitrées, bois exotique incrusté de motifs, les habitations s’ouvrent sur l’archipel et forment un village de style malais. A mesure que je m’approche de la conciergerie, j’aperçois le nom de Pangkor Laut se dessiner dans le sable blanc.

0000390_0

Pangkar laut chambre

Dans l’horizon paisible, seul un voilier aux couleurs de l’hôtel s’approche du littoral. Je sillonne à travers le paysage fleuri, émerveillée par la quiétude du domaine. La frénésie de mon songe m’emmène au pavillon du bien être. Une demoiselle vêtue d’un linge blanc m’accueille et m’invite à me détendre. Sur ma peau, les huiles chaudes aux senteurs florales se dispersent. Des mains délicates parcourent mon visage, mon dos et poursuivent sur le reste de mon corps. Les soins Ayurvédiques, issus des traditions indiennes, me libèrent des tensions accumulées et me revitalisent déjà. La mystérieuse inconnue s’évade, me laissant seule face à l’océan. Peut-être m’accorderai-je un bain à la papaye ou une échappée à travers la forêt tropicale en compagnie d’un naturaliste ?

Reposée, il me plaît de croire que ce rêve résonne comme un repos furtif. Il n’en est rien à Pangkor Laut, qui avec ses allures de paysage originel, fait définitivement rimer Malaisie avec paradis.