Situé au 4 rue d’anjou, le Buddha-Bar Hotel Paris est un refuge d’exception discret. Ouvert depuis un an à Paris, le lieu s’est déjà fait une excellente réputation internationale. Découvrez cette destination et vivez une autre expérience.

buddhar bar hotel paris lampion

Bouddha-Bar Hotel Paris, l’expérience venue d’Asie

Valises bouclées, je quitte la chaleur étouffante de l’Asie pour la fraîcheur française. J’ai lancé des invitations il y a quelques jours à certains proches. Noël étant l’occasion de retrouver sa famille, il est temps pour moi de rentrer après un exil de plusieurs années. Mon premier rendez-vous convie un modèle exceptionnel dans un lieu au luxe intimiste et ressourçant. Je quitte l’Asie pour me retrouver à Paris.

Aéroport Charles de Gaulle, le lendemain.

Paris sous la neige, voilà une agréable surprise. J’avais oublié que les perturbations pouvaient semer d’importants troubles ici. Autant dire que l’organisation est apocalyptique. J’attrape mon sac défilant sur le tapis, monte dans le premier taxi et arrive à ce lieu que je voulais visiter depuis longtemps, le Buddha-Bar Hotel Paris. On m’accueille élégamment, comme dans une maison d’Asie.

buddhar bar hotel paris entrée

Dans le hall, de nombreuses suspensions rouges traditionnelles tapissent le plafond. Dès lors, on m’accueille, me souhaite la bienvenue. Un imposant dragon, créature protectrice dans la mythologie chinoise, est ancré dans la mosaïque de la réception. Une demoiselle me guide dans les couloirs de ce lieu intimiste et peu connu. Elle me dirige vers mon refuge. 56 chambres dont 19 suites ont été aménagées dans cet ancien hôtel particulier bâti en 1734 et ayant appartenu à Augustin Blondel de Gagny, un intendant épicurien en charge des « menus plaisirs » du Roi Louis XV.

On m’ouvre alors la suite, une imposante chambre dans laquelle je pénètre via un long couloir décoré de multiples miroirs et autant de lustres de cristal. En haut de quatre marches, la salle bain – aux parois décorées d’un carrelage d’un rouge cramoisi et aux larges miroirs – me montre de nouveau le dragon. Il parcourt les murs et m’indique la direction de la chambre. Mon hôtesse me laisse profiter pleinement de cette décoration reposante. Seul, je glisse mes doigts sur ces lustres où l’animal mythologique a encore son empreinte. La tête de lit en bois et aux motifs géométriques typiquement chinois m’emporte dans mes souvenirs d’Asie. La nostalgie me gagne déjà.

Chambre Supérieure
Salle de Bains

Les derniers rayons d’un soleil d’hiver frappe contre la vitre. En poussant, les lourds voilages je découvre une cour-jardin d’environ 200 m2. Une forêt de pins a pris possession du lieu pour la saison de Noël. Après une douche bien méritée et un costume enfilé, c’est au bar Le Qu4tre, que je retrouve ce modèle, celui qui m’a un jour donné le goût de vivre mes aventures à travers le monde, mon père, cet aventurier.

buddhar bar hotel paris bar

Dans ce nouveau lieu feutré, apprécié des parisiens et du monde entier, le moment est venu de trinquer à nos vies, à nos passions des terres lointaines. Le Dragon Fire, un mélange de rhum Wray & Nephew servi chaud et flambé envahit ma gorge et explose mes sens. Le nom est bien choisi et ma tête chavire. Le Qu4tre tire son nom de son adresse mais aussi des quatre éléments fondateurs des cocktails servis ici. La Terre, l’air, l’eau et le feu composent les saveurs particulières d’une carte destinée à vivre une expérience sensorielle … une nouvelle aventure que je découvre ici …

Le Qu4tre
Le Qu4tre - Musique Lounge 2

Les lanternes colorées, la laque noire du plafond et les branches de cerisier décorant le bar invite au voyage… Le temps est venu de se remémorer nos reportages photos sur la Terre du Pays du Soleil Levant. Lui me raconte sa vision d’un Japon en pleine évolution dans les années 70 et moi, celle d’un pays des années 2000 où le respect est une valeur comme nulle part ailleurs.

Le Qu4tre -Cocktails

Mon paternel s’empare de mon appareil posé sur la table et regarde mes clichés du monde. Les montagnes indonésiennes, la nature de Sumatra, les instants volés dans les villes de Chine, les déserts d’Afrique, il scrute les images et semble partir via sa mémoire des souvenirs vers des voyages d’antan… Je l’ai toujours admiré secrètement, aujourd’hui il m’observe différemment, son enfant est devenu un homme. Je n’ai pas choisi ce lieu par hasard. Ici l’Asie a invité sa légendaire hospitalité, ici comme la philosophie du lieu l’indique « Not just another hotel, it’s a lifestyle », on vit la vie autrement. Le lieu est éclectique, décalé dans le contexte parisien, c’est une façon de vivre mêlant l’art, au bien-être et à l’affirmation de sa personnalité. Un peu comme si nous étions hors du temps, loin des autres, les heures semblent s’être échappées. Pendant que je découvre les œuvres d’art et les clichés disposés aux murs, mon père achève son tour du monde à travers mes photos. Il me dit qu’un jour je serai exposé ici… C’est l’autre facette de sa personnalité ! Mon père est un homme utopiste, amoureux du beau, du simple, du luxe, de l’art, de l’élégance et de la modernité… mais il perd parfois la réalité de vue… « Etre exposé serait un honneur mais mon art n’est pas à la hauteur pour figurer sur les murs du Buddha-Bar » est la seule phrase que j’ai pu lui dire après ses propos (flatteurs). Il est temps de diner.

Buddha Bar Hotel - Le vraymonde restaurant - Salon 1
Buddha Bar Hotel – Le Vraymonde restaurant

Au Vraymonde, Rougui Dia joue l’entremetteuse des saveurs. Son palais aux murs rougeâtres et fauteuils confortables nous immerge dans immerge dans un voyage culinaire sensationnel, nous emportant de continent en continent. Le Buddha-bar Hotel est décidément étonnant. Salade de papaye, gambas de Madagascar et les autres mets comblent mes papilles ! Je regagne ma suite après avoir accompagné mon père jusqu’à l’entrée… Un taxi est venu le chercher pour le reconduire chez lui.

Bouddha Bar Hotel

Dans les couloirs, je suis le corps du dragon dessiné sur l’onctueuse moquette… À la fin de ce dédale de linéaires, j’aperçois enfin ma chambre… En poussant la porte, j’entends la musique du Buddha-bar libérant ses sonorités. Je laisse couler l’eau coule dans la vaste baignoire pour me préparer un bain. J’ai besoin de quiétude, de confort et c’est en plongeant dans l’eau chaude que mon corps se libère des tensions cumulées lors des derniers périples. Mon père a imaginé que mes périples ont été reposants, il a pensé que je faisais de photos pour les « magazines de voyage » mais ma réalité n’est pas construite uniquement autour de ça… Je rencontre le monde et fait des portraits des populations pour montrer au monde la beauté de l’humanité.

Les derniers pays ont été des étapes difficiles, humainement, physiquement et psychologiquement. Ici à Paris, je viens reprendre de l’énergie… la nuit s’écoule. La fatigue me rattrape. Posé sur le lit onctueux, je me suis endormi. Et c’est un message de mon paternel qui me réveille à 4 heures du matin, « Merci pour cette soirée. Comme tu as grandi » me dit-il ! J’ai grandi effectivement mais c’est grâce à lui que je vais passer le reste d’une nuit exceptionnelle sous ma couette en me plongeant au chaud, dans le confort d’un lit parfait, comme j’aime trouver dans les grands hôtels de renom. Toutes les lumières s’éteignent. Je suis riche de rêves et d’envie. Une telle soirée n’était pas arrivée depuis mon départ il y a 5 ans.

Au petit matin, réveillé par l’alarme de mon téléphone, je me sens reposé. La décoration, les meubles faits de bois et les patines murales dorées et brunes de mon pays d’adoption contribuent à ce sentiment d’appartenance… je me sens ici chez moi avec le sentiment pourtant de faire un voyage dans un voyage. Après quelques envois de photos et d’échanges avec l’Asie, l’heure du petit-déjeuner a sonné. Après avoir traversé les couloirs et photographié les sculptures, je redécouvre le restaurant à la lumière du jour. Les alcôves aux murs rougeâtres me rappellent les constructions chinoises de part les formes et les motifs. On me guide jusqu’à ma table, m’apporte mon cappuccino et le régal commence…

Le Qu4tre - Tea Time

Buffet varié de sucré et de salé, j’emmagasine l’énergie. Les petits-déjeuners à la française m’avait manqué c’est vrai… comme à mon habitude, j’écoute les autres parler… Des russes, des anglais, des chinois, des hollandais ont pris leur quartier ici. Ce qui est drôle est le fait de ne pas parler la même langue mais de lire sur les visages des uns et des autres, cette quiétude trouvée ici, le sentiment d’avoir déniché une maison où nous sommes privilégiés… À cet instant, je le suis… Le Budda-Bar est l’un de ces lieux où la mythologie rencontre la modernité, où le luxe est d’accéder à un endroit où tout semble naturel et spontané.

J’ai quitté la table pour photographié Paris et revenir ici. Je montrerai à mon nouveau pays que le respect de l’hospitalité venue d’Asie n’est pas une promesse mais une réalité qui conquiert le monde petit à petit.

Les plus du Buddha-Bar Hotel Paris

Tea Time de 15h00 à 18h00

Live DJ le vendredi et le samedi à partir de 20h00

Le Vraymonde, le restaurant aux multiples saveurs mené par une femme d’exception Rougio Dia

Le Spa B/attitude, espace bien-être et expérience ressourçante

Adresse

4 rue d’Anjou – 75008 Paris
Tél : + 33 (0) 1 83 96 88 88
Site