K2-11

Mardi, 10h00

Paris semble prisonnier de l’hiver. Glacée, blanchie sous un lourd manteau neigeux, la capitale ne vit plus. C’est la pagaille. Les journaux télévisés montrent la « plus belle ville du monde » paralysée. Sur place, la réalité n’est pas si catastrophique. Les gens, les voitures, les trains circulent à vitesse réduite certes mais ils avancent. Dans la voiture, mon fils pose sans cesse la même question : « Papa, nous sommes bientôt arrivés ». Je ne cesse de lui répondre : « Ethan, lorsque nous serons dans le train, nous roulerons à toute vitesse pour atteindre les sommets enneigés de Courchevel. Pour le moment, regarde le paysage, écoute la musique, dis-moi ce que tu veux faire lorsque nous serons sur place. Nous allons jouer à un jeu. Prends le livre et réponds le plus rapidement possible à mes questions. Okay ? ». D’une voix enjouée, Ethan me répond : « D’ac, daddy. Vas-y ! »

 

Moi : « Okay. Où allons-nous exactement ? »
Ethan : « Courchevel 1850, au K2 »
Moi : « Facile chéri, c’est noté sur la première page. Bon, plus difficile, combien de personnes travaillent pour l’hôtel ? Combien y a-t-il de chambres et lodges ? Quelles sont les superficies de ces espaces ? »
Ethan (après quelques recherches fructueuses) : « A ta première question, la réponse est 180 personnes. Il y a ensuite 29 chambres et 5 chalets, papa. Et la taille, c’est indiqué entre 50 m² et 105 m² pour les chambres et entre 500 et 640 m² pour les chalets. C’est bon daddy ? »
Moi : « Oui, c’est exact mon fils. A ton tour maintenant. »
Ethan : « Quel est le thème du K2 ? »
Moi : « Je dirai que c’est un voyage dans les contrées lointaines de l’Himalaya. Il y aura des étoffes, des livres, des objets d’art, des noms singuliers pour nous immerger dans un cadre luxueux. »
Ethan : « Trop facile daddy. Combien y a-t-il de restaurants et quel est le nom du Chef ? »
Moi : « Je crois qu’il y en a deux. Le restaurant gastronomique « Kintessence » et le « Black Pyramid ». Je ne connais pas le nom du Chef mon fils. Tu as gagné. »
Ethan : « Papa, c’est Nicolas Sale. Bon dernière question. Pourquoi le K2 ? »
Moi : « Je sais. Parce que les propriétaires ont ouvert le Kilimandjaro en 2001. Madame et Monsieur Capezzone ont voulu donner vie à un deuxième hôtel cinq étoiles, encore plus intimiste et plus original que le premier. Bon, nous sommes arrivés au train. Prépare-toi mon fils. » Le géant de fer arrive. Le voyage commence. Adieu Paris gelé, bonjour Courchevel enneigé.

K2-21

À Courchevel 1850

Le chauffeur file depuis une heure. Courchevel, station où le luxe règne en maître, nous souhaite la bienvenue. J’entends alors : « Papa, nous y sommes, nous y sommes ». Les yeux brillants, Ethan regarde la neige accumulée sur les chalets éparpillés ici et là, sur les flancs des montagnes. Et puis, la voiture marque son arrêt. Deux hommes vêtus d’un costume noir nous accueillent. Derrière deux immenses portes de bois peintes en un rouge foncé saisissant, un hall intimiste décoré de pierres grises, de deux cheminées circulaires et de multiples objets venus des montagnes enneigées de l’Himalaya. Derrière le bureau, une dame élégante me communique les informations sur notre chambre, notre séjour et les diverses activités. Ethan, le nez collé à la  fenêtre, semble perdu dans ses pensées. Les pics ont retrouvé un manteau d’un blanc immaculé, la neige tombe sans interruption.

« Ethan, tu viens. Nous allons découvrir la chambre. »

L’élégante dame nous emmène dans l’ascenseur. Ici on ne monte guère. Le chemin est inversé et c’est au niveau -2 que nous nous rendons. Chambre 12, silence presque religieux, détails soignés, le lieu est la somme de petites attentions. Très vite, Ethan dépose son Ipod sur la station Bang & Olufsen, se jette sur l’immense lit et lance une playlist dynamique.  Tel un roi, il s’empare de la corbeille de fruits et les déguste un à un.

Après un court repos, mon agitateur de fils se remet à courir partout. Après quelques jeux d’arcade dans un incroyable univers, Ethan me rejoint dans la salle d’entraînement. Pour faire « comme papa », mon petit homme s’amuse à courir sur les tapis. Le coach s’attarde autour de lui et prépare un mini programme personnalisé, tout en douceur. Face à un immense mur en « briques » de sel de l’Himalaya aux vertus purificatrices, il exerce avec fierté ses  exercices. Pour compléter l’entraînement, le coach nous conseille de profiter de la piscine. Sur ses conseils, nous nous y rendons. Et quelle surprise ! Derrière les vitres, un immense bassin nous attend. Sans plus attendre, nous nous sommes jetés à l’eau. Il n’y avait pas un père et son fils mais plutôt deux gamins partageant un beau moment. Au loin, la montagne prend son manteau nocturne. Ethan regarde vers l’extérieur et me demande « Daddy, on va skier ? »

Infatigable, le petit comprend qu’il est trop tard. Après une douche et un dîner au restaurant gastronomique, une séance cinéma conclue une journée riche en péripéties.

Demain, les pistes et les multiples plaisirs du K2 seront à nous… En attendant, il est l’heure de dormir.

Les plus du K2

• Petit palace perdu au cœur dans les hauteurs de Courchevel, le K2 dispose, en plus de 29 chambres, de 5 chalets en vente. Composés, de 5 à 6 chambres, d’un grand salon avec cheminée, d’une salle à manger, d’un ski room, d’un ascenseur, d’une salle de cinéma, de salles de bains design, d’un hammam et d’un hot tub, les chalets profitent d’un environnement exceptionnel et d’un service sur mesure.

• Le Kintessence – Restaurant gastronomique. Le lieu ouvre ses portes lorsque la nuit apparaît sur Courchevel. Cuisine rigoureuse, sincère et sans excès de Nicolas Sale.

• Le Black Pyramid – Palais des plaisirs, les saveurs se dégustent dans un cadre intimiste où un écrin aux reflets sombres garde jalousement plus de 1100 références de vins.

• Le Goji Spa – Sur 550 m², le Spa offre bains chauds et froids, piscine, cascades et soins à la baie de Goji connue pour ses vertus antioxydantes.

Le monde des enfants – Espace ludique et décontractant où les enfants peuvent se défouler sur un dance floor, découvrir un studio d’enregistrement et profiter des multiples jeux.