Sylvie Ernoult est la Commissaire Général du Yachting Festival. Découvrez son rôle dans ce Festival International, son parcours et sa vision du luxe et du yachting dans une riche interview.

YFC_SYLVIE_ERNOULT_©Yachting Festival Cannes? Abracadabra Studios

Votre personnalité

Sylvie Ernoult, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai grandi en Normandie, fait des études scientifiques, vécue quelques années aux Etats-Unis. J’ai grandi au bord de la mer et, suis plutôt sportive, j’ai souvent navigué et j’ai pratiqué plusieurs sports nautiques. J’aime la mer, j’aime les bateaux et j’aime les marins.

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé ma carrière an faisant des montages financiers sur des tankers et paquebots, puis j’ai évolué vers des bateaux plus petits, puis des bateaux à voile (location & gestion de flotte avec équipage) et en même temps je suis passée du financier au commercial. Un parcours donc assez varié avec pour principale constante les bateaux.

Comment êtes-vous devenue Commissaire Général du YFC ?

Par hasard. C’est lorsque j’ai compris que le poste demandait à la fois une polyvalence (technique, financière, commerciale, management …) et une réelle connaissance/expérience du monde de la plaisance, que je me suis dit que ce job était pour moi ! De plus, je connaissais bien le salon pour y avoir exposé quelques années donc j’étais très motivée pour décrocher ce job !

yachting festival cannes yachts

Quel est votre rôle sur ce yachting Festival ?

Chef d’orchestre. Nous organisons un évènement très grand, très compliqué. Nous avons des contraintes de place, de sécurité et avons des exigences d’esthétique voire d’élégance car nous accueillons un visitorat très haut de gamme. Il faut donc faire travailler ensemble des techniciens, plongeurs, constructeurs avec des décorateurs de luxe, des exposants de grands marques… et le tout avec une équipe de sécurité (vigipirat, maritime et pompiers) très exigeante. Cela nécessite donc de coordonner des métiers et des hommes tous très différents, comme un chef d’orchestre le fait.

Etre une femme dans un milieu masculin, est-ce facile ? Difficile ?

C’est facile à condition de partager les mêmes valeurs et le même univers, ce qui est mon cas. Je connais bien les marins et les techniciens de la mer, et travailler avec eux, en tant que femme, n’est pas un problème pour moi car ce n’est pas non plus un problème pour eux. Et puis, il y a de plus en plus de femmes dans l’industrie du nautisme, je ne me sens donc pas seule ! Que pensez-vous de la place de la femme à des postes à responsabilités ?

Jugez-vous que la Femme est assez représentée à la tête des entreprises ?

Non, nous savons tous qu’il y a beaucoup moins de femmes que d’hommes à des postes à responsabilité et encore moins que moins à la tête des entreprises. Ce sont les statistiques qui le confirment, pas moi ! Maintenant vous me demandez mon avis, alors je vous réponds : bien-sûr que la femme n’est pas assez représentée dans le monde de l’entreprise. Mais cela change : les femmes de la génération de ma mère ont lancé un processus d’évolution inéluctable, que ma génération a fait beaucoup progresser. Et lorsque je vois les générations derrière moi, je suis impressionnée et convaincue que le monde va continuer de changer et de plus en plus vite pour donner aux femmes la place qu’elles méritent, lorsqu’elles le méritent bien-sûr, à des postes de responsabilité et de pouvoir.

Quelles sont les compétences à avoir pour occuper votre fonction ?

Comme tous les métiers à responsabilité, il faut la connaissance et le savoir-faire de l’environnement dans lequel on a ces responsabilités. J’ai eu la chance de faire toute ma carrière dans l’univers du maritime et du yachting, je bénéficie donc de cette connaissance. Ensuite, comme tout bon chef d’orchestre, il faut connaitre les contraintes et objectifs de chacun des « corps de métier » d’une part et l’intérêt et objectif commun du salon que l’on souhaite produire d’autre part. Après ce n’est plus qu’une question de gestion des priorités et bien-sûr d’écoute et de motivation des hommes.

Vos conseils pour réussir sa vie professionnelle ?

La première chose est le travail. Comme me disait mon vieux père, la vie c’est 5% d’inspiration et 95% de transpiration. La seconde chose, si on a la chance d’y arriver, c’est d’aimer son métier et/ou son univers professionnel. Dans la plaisance nous sommes tous des passionnés et croyez-moi, lorsqu’on aime, on a bien plus de chance de réussir.

Qu’avez-vous apporté à l’organisation de ce Festival ?

Depuis mon arrivée, nous avons développé la sectorisation du salon en créant par exemple des espaces dédiés aux bateaux pneumatiques, aux multicoques, aux tenders, aux toys… La sectorisation a deux avantages : la mise en avant des produits présentés par les exposants et une meilleure communication auprès des visiteurs.

Nous avons également fait un gros travail sur la signalétique pour aider nos visiteurs à se repérer et à trouver plus rapidement les produits recherchés.

Enfin, j’ai accompagné l’évolution de plus en plus luxe du salon, pour répondre à la demande de nos exposants. Les programmes VIP destinés à nos visiteurs, le développement de la Luxury Gallery, et en règle générale l’amélioration de nos services exposants et visiteurs font partie de cette évolution.

Le Yachting Festival

Pourriez-vous présenter en quelques mots le Yachting Festival ?

Le Yachting Festival est le 1er salon nautique à flots d’Europe. Il existe depuis 41 ans et réunit chaque année, pendant 6 jours, à Cannes la fine fleur de l’industrie nautique internationale.

Une des principales forces du Yachting Festival est la variété des produits présentés. Les passionnés peuvent découvrir près de 600 bateaux et yachts de 2 à 65 mètres, à moteur ou à voile, monocoques ou multicoques. Le salon se tient sur les deux ports de Cannes : le Vieux Port est consacré aux bateaux neufs dont plus de 120 seront présentés en avant-première mondiale, le Port Pierre Canto est quant à lui réservé aux unités – à partir de 22 mètres – d’occasion ou disponibles à la location et aux toys.

Le salon réunit les plus grands noms de la plaisance : les français Beneteau, Lagoon, Fountaine Pajot, Prestige, … les italiens Riva, Azimut, Solaris, Custom-line, … les anglais Princess, Oyster, Sunseeker… Nous accueillons des constructeurs navals de 30 nationalités différentes.

Un autre atout du Yachting Festival est la possibilité pour les bateaux de sortir en essai en mer. C’est un vrai plus aussi bien pour les futurs acheteurs de pouvoir prendre la barre d’un bateau avant d’arrêter leur choix, que pour les constructeurs de faire essayer leurs nouveautés à des prospects et à la presse.

Le Yachting Festival, c’est bien sûr une richesse à flots mais aussi une grande diversité à terre. Les équipementiers, les motoristes, les sociétés de services… se partagent les quais du salon pour présenter leurs dernières innovations à nos 50 000 visiteurs.

Depuis trois ans, nous avons agrandi l’offre proposée avec la création de la Luxury Gallery, un nouveau secteur haut de gamme réservé aux maisons de luxe, d’artisanat et d’art de vivre avec des espaces signés Lalique, Fred, Fürstenberg et bien d’autres encore.

Enfin, nous sommes accompagnés par des partenaires prestigieux ; le constructeur automobile italien Maserati, assurera le service de voitures de courtoisie et les Maisons Dalloyau et Louis Roederer, signeront les cartes des espaces de restauration.

HEADER-1500x500-YFC_FR

Quelles sont les nouveautés pour 2018 ?

Du point de vue de l’organisation du salon, 2018 est plus une année de consolidation. L’espace dédié aux « toys », jouets nautiques du type scooter, sous-marin, paddle… sera déplacé dans son intégralité sur le Port Pierre Canto, contrairement à l’année dernière où il était sur les deux ports. Nous allons améliorer l’accueil de nos visiteurs pour les entrées soient plus fluides en tenant compte des contraintes de sécurité.

Du point de vue du contenu du salon, nos exposants annoncent de nombreuses nouveautés, à flots plus de 120, à terre il est plus difficile de vous donner un chiffre mais nous savons que les équipementiers et motoristes vont également dévoiler des produits en avant-première.

A qui est destiné ce Festival ?

Le Yachting Festival, de par l’éventail des produits exposés, est destiné à tous les publics. Bien sûr, il faut un niveau de vie important pour pouvoir s’offrir un yacht de plusieurs dizaines de mètres de long, mais il est possible d’acquérir un petit bateau pneumatique à moteur pour quelque milliers d’euros. Quel que soit la taille de l’embarcation, le fait d’être sur l’eau en famille ou entre amis, vous garantit de passer de bons moments.

Un visiteur, sans souhait d’achat, qu’il soit néophyte ou passionné, peut également venir sur le Festival pour le plaisir des yeux. Il est assuré de découvrir de vrais bijoux des mers.

infos-techniques-750x350

Comment expliquez-vous le nombre grandissant de visiteurs d’année en année ?

La renommée du salon, l’assurance de découvrir dans un même lieu, les dernières nouveautés et les plus grandes marques.

Quels sont les atouts de la France dans le domaine du Yachting ?

La France a une des façades côtières les plus importantes au monde.

Qu’il s’agisse des côtes atlantiques ou méditerranéennes, l’éventail des possibles est large pour naviguer. L’atlantique est une grande zone de navigation à la voile et la Méditerranée est la plus grande zone de navigation au monde. Il est donc logique que l’industrie de notre pays ait profité de cet environnement unique. Les français sont leaders dans le domaine de la voile avec le groupe Bénéteau (premier constructeur de bateaux à voile au monde) et de nombreux autres chantiers de monocoques, catamarans et grands voiliers de renommée internationale. Il existe également en France de nombreuses start-up qui développent les technologies et matériaux de demain, ainsi que de nombreuses associations militant pour la propreté de nos mers.

L’Art et le luxe sont de plus en plus présents dans le Yachting Festival. N’avez-vous pas peur que ces univers banalisent le Festival ?

Au contraire, ces deux secteurs complètent parfaitement le Yachting Festival. Nous offrons à nos visiteurs la possibilité de découvrir des objets haut de gamme, souvent exclusifs, dont ils sont férus.

Quels sont vos challenges durant le festival ?

Les challenges sont nombreux et dépendent des cibles.

Pour les visiteurs, réussir à découvrir le plus de nouveautés et à profiter au maximum des quelques heures ou jours qu’ils passent avec nous. Nous nous employons à les guider dans leur choix de visite : choix multicritères (exposant/produits/marques) sur notre site web, plans et guides sur place… et à leur proposer des services des qualités : formules VIP, espaces de restauration haut de gamme et variés.

Pour les exposants, présenter au mieux leurs produits; accueillir et séduire de nouveaux clients.

Pour nous, organisateurs, que nos visiteurs et exposants soient satisfaits de cette 41e édition.

Quelles sont les évolutions prévues pour faire grandir le Yachting Festival dans les années futures ?

Le Yachting Festival est un salon en mouvement qui selon, les années connait des changements, plus ou moins importants. Nous travaillons sur de nouvelles évolutions à court terme mais il est encore trop tôt pour vous en dire plus !

YFC_PHOTOAERIENNE_©Yachting Festival Cannes ? Abracadabra Studios
©Yachting Festival Cannes – Abracadabra Studios

Le luxe, le digital et vous

Comment définiriez-vous le luxe ?

Question difficile. Il existe plusieurs définitions du luxe ; il peut s’agir de produits haut de gamme, de services de prestige. Le luxe s’est également avoir son propre bateau…. ou plus simplement profiter de temps pour soi et pour les gens qu’on aime.

Est-ce possible d’associer luxe, artisanat et yachting ?

Bien sûr. A partir d’une certaine taille, un bateau est à la fois à la pointe de la technologie, je pense notamment à la forme de la coque, à la motorisation, à l’électronique embarquée… mais c’est aussi le nec plus ultra en matière de menuiserie, de travail des selleries et de la décoration incluant les tissus et l’art de la table.

Quelle est votre vision sur l’avenir du yachting, du luxe ?

Les deux domaines vont prendre un tournant résolument « green » et respectueux de l’environnement. Bien sûr cela va prendre du temps, mais le processus est déjà en marche. Pour le Yachting, nous voyons déjà apparaitre des moteurs électriques – plusieurs day-boats en seront équipés pendant le salon, des panneaux solaires – le chantier italien Arcadia en équipe ses bateaux depuis plusieurs années, des propulsions électriques de plus en plus écologiques et de nombreuses nouvelles technologies alliant faible consommation avec performance.

Il en est de même pour le secteur du luxe qui adapte déjà ses produits aux nouvelles règles vertes.

Chacun est de plus en plus conscient des enjeux écologiques et à commencer à s’adapter. Le vrai sujet aujourd’hui est de savoir dans combien de temps ces industries seront-elle totalement adaptées à ce nouveau monde propre de demain.

Concours d'Elégance Cannes Yachting Festival

Le digital est de plus en plus présent dans notre monde. Comment le Yachting Festival et le marketing s’adaptent-ils à cette nouvelle ère ?

 

Chaque année nous diminuons nos impressions papiers, nos envois postaux… Comme dans la plupart des activités, de plus en plus de nos documents (dossier d’inscription, plaquette…) n’existent plus qu’en version digitale. La communication avec nos exposants et visiteurs se fait sur notre site, via emails et e-newsletters et via les réseaux sociaux. Nous proposons à nos exposants des e-invitations pour eux et leurs invités et nous avons de plus en plus de e-réservations de la part de nos visiteurs.

Nous partageons notre actualité sur les réseaux et je vous invite d’ailleurs à nous liker, follower…

Quels sont les prochains challenges (Marketing/Digital/Communication) pour ce Festival ?

Un salon est la rencontre entre un exposant et un visiteur. Notre métier est de sans cesse améliorer la qualité de cette rencontre pour améliorer la satisfaction de nos exposants et de nos visiteurs. Le digital doit nous aider à le faire, mais nous devons également garder le plaisir de la rencontre, du contact, de l’essai en mer d’un bateau, du plaisir de regarder et découvrir des nouveautés qu’on n’avait pas envisagé… Les rencontres de demain seront donc, je le pense, encore sur des salons mais sûrement des salons beaucoup plus digitalisés proposant des rencontres mieux ciblées et davantage préparées. L’un de nos importants challenges sera de réussir ce mélange salon – digital en gardant les bonnes proportions qui permettront que la recette soit réussie !