McLaren P1

Dévoilée au Salon de l’Automobile 2012 de Paris, la McLaren P1 est un véritable bolide du futur. Pourtant les écuries anglaises lui donnent moins d’un an pour voir le jour. Ce petit bijou était au salon la star en devenir, porteuse de rêves.

Une allure futuriste

Courbes sensuelles et féminines, de face, puissante et massive, de dos, la P1 de McLaren semble tout droit tirée d’un film d’anticipation. Au design gracieux, signé de la griffe de Franck Stephenson après des essais en soufflerie, cette supercar affiche un aérodynamisme qui efface les angles au profit de lignes arrondies.

La voute de pilotage et sa forme en goutte se prolonge autour d’une monocoque, en fibre de carbone, vers un aileron arrière qui s’ajuste pour optimiser les appuis, effacer la portance ou l’augmenter lors du freinage.

L’héritage de la Formule 1

Il ne s’agit pourtant pas de réserver ce bolide ultraperformant aux uniques pilotes automobiles. McLaren a l’ambition de créer une merveille de 800 chevaux aussi habile sur circuit que confortable sur route. La P1 vise un objectif simple : « être la meilleure voiture de série du monde sur route comme sur piste ».

Ici l’écurie relève le défi de passer du très haut de gamme à l’univers du luxe. La technologie d’orfèvre ultra complexe qui raisonnera sous le capot doit produire une conduite raffinée. La vitesse n’est, selon Ron Dennis, pas une priorité. Joli clin d’œil lorsque l’on connaît l’engagement musclé qui se prépare en 2014 dans les courses automobiles.