Ferrari nous offre une nouvelle légende, la 488 GTB. Cette digne remplaçante de la d’ores et déjà mythique 458, rend hommage à la 308 GTB, dont le premier modèle sortait des ateliers de Maranello il y a tout juste 40 ans. Comme à chaque fois, le constructeur au cheval cabré améliore ce qui ressemblait déjà à une copie parfaite.

Lancement 488 GTB

670 chevaux pour faire plaisir à monsieur

Les pinceaux des studios de Pininfarina ne furent guidés que par la recherche de la performance. Chaque trait fut le fruit de la relation étroite entre l’illustre équipe de design italienne, et le département de développement des voitures de route de la si prestigieuse maison Ferrari. Le bouclier avant remanié par rapport à la 458 participe au progrès de l’appui généré qui progresse de 50%, pour une tenue de route toujours plus exemplaire.

Moteur Ferrari GTB

L’habitable révèle l’alliance de trois mondes qui font merveilleusement bon ménage dans une Ferrari, la haute technologie, la maroquinerie transalpine et la course. Le volant rassemble toutes les commandes nécessaires au pilotage, comme à la conduite de tous les jours. Chaque siège fini à la main, passé entre les doigts experts des artistes dédiés à leur assemblage, répond aux gouts de son propriétaire. Que ce soit pour le voyage ou la poursuite du temps sur un circuit, chaque occupant se trouvera à l’aise pour chacun de ces deux exercices.

Ferrari 488 GTB gris
La Ferrari 488 GTB au Salon de Genève 2015

Et pour réussir à défier le chronomètre sans faire de compromis sur le plaisir de conduite et l’efficacité, Ferrari a reconstruit le V8 de la 458 en lui greffant notamment 2 turbos, tout en en diminuant la cylindrée. Il en résulte 670 chevaux, une puissance jamais atteinte sur une berlinette de Maranello.

Diner Ferrari 488 GTB Maranello
Un diner magique au coeur du site de production de la Ferrari 488 GTB.

Il faut remonter à la mythique F40 pour retrouver une architecture moteur de ce type dans une Ferrari, un renouveau initié plus modestement par la California T. Les performances relèvent tout naturellement de la compétition, à l’image du 0 à 100 km/h exécuté en 3 secondes, et surtout le sprint jusqu’à 200 km/h depuis l’arrêt en réclame à peine 8. S’il existait une galaxie Ferrari, elle compte désormais un nouvel astre baptisé 488 GTB.