Rare designer français en charge des jets privés des « riches » et des yachts les plus fous, Jacques Pierrejean est également le créateur des mini-suites d’Emirates. Rencontre sans langue de bois avec un visionnaire et passionné.

Jacques Pierrejean designer jet privé Main lounge - 01

Créateur d’intérieurs pour Jet Privé, est-ce un vrai métier ?

Lorsque le rendez-vous commence, ma consœur demande à Jacques Pierrejean, l’objet de la convocation. L’homme lui répond simplement qu’il a le désir de faire connaître son métier particulier. Il est créateur d’espaces, architecte, designer. Ses lieux de prédilection sont le ciel et la mer. Son parcours est typique, son histoire est atypique. Après avoir effectué un vol vers les Antilles dans un 747, l’homme se demande « qui s’occupe de l’aménagement intérieur de ces avions » et tente une rencontre avec les responsables de Dassault. Sans prétention, le diplômé de Boulle fait un coup de poker, lorsqu’après avoir fini ses études, il rencontre Marcel Dassault au détour d’un couloir.

portrait Jacques Pierrejean designer jet privé

Le créateur en herbe intéresse le patron d’Airbus qui le convoque alors au Bourget, dans les hangars du groupe. Il décroche un stage, à l’issue duquel il rédige un constat sans appel des améliorations potentielles. Le créateur s’exprime avec enthousiasme et passion. De ses douze années passées chez Airbus, nous retiendrons que l’aviation de luxe et l’aménagement des jets privés n’étaient guère une priorité pour les compagnies aériennes. Airbus profite du savoir-faire et de la créativité de l’homme pour revoir son système d’éclairage et lui donner une nouvelle dimension.

Jacques Pierrejean designer jet privé IFD Lounge night1 no flower
Jacques Pierrejean designer jet privé 9056806628_4f20aeda21_o retouches

Celui-ci s’adaptera au phase d’atterrissage et de décollage, à l’intensité lumineuse diurne et nocturne liées à la rotation de la Terre mais aussi aux différentes phases d’un long courrier (repos, déjeuner, diner, loisirs, ….). Jacques Pierrejean signe cette grande première dans l’aviation et s’investit dans l’aménagement des Falcon que la société propose à ses clients privés. Il sera alors conseiller artistique pour Dassault Falcon Service.

Créateur d’exclusivités mondiales !

Incubateur d’idées folles et révolutionnaires, Jacques Pierrejean créé le premier lit pour un Falcon pour des clients désirant plus que le confort habituel d’un jet privé. Ce sera le premier d’une longue série puisque ce lit donnera naissance à une véritable révolution dans l’aviation de « masse ». En 1990, l’homme imagine les mini-suites pour la compagnie Emirates. À cette époque, le voyage aérien n’offre aucune prestation de luxe (hormis le Concorde). Emirates, souhaitant modifier son image et innover, organise un concours auquel le designer répond. l’homme propose un confort de type « jet privé » pour leurs passagers « Business » via la création de petites bulles intimistes. L’idée de créer des mini-suites séduit la compagnie aérienne malgré les contraintes diverses liées, par exemple, à la sécurité. Les douches et la moquette lumineuse dotée de fibres optiques apparaîtront peu à peu.

Jacques Pierrejean designer jet privé OMAN AIR - Craddle bed

De projets en projets, Jacques Pierrejean rencontre Bernard Tapis. Le businessman lui confie deux jets privés à aménager avant de lui demander de travailler sur sa nouvelle acquisition, le voilier Phocéa. Avec sa présence médiatique, le Phocéa apporte des commandes au designer qui travaillera notamment sur le Vendredi 13, rebaptisé Friday Star. L’homme ne quitte pas totalement les airs pour la mer puisqu’il continue à travailler sur l’aménagement de jets privés. Il rappelle, au même moment, que ses clients sont des personnes vivant (presque) dans leur avion tant ils voyagent pour le business.

Jacques Pierrejean designer jet privé lit yacht

L’interview révèle que la totalité (ou presque) des clients de l’agence sont en réalité des étrangers de pays divers. De ses clients comme le Prince Al-Walid et son projet avorté d’aménager son A380 en passant par la réalisation d’un Boeing 787 au plafond étoilé ou encore la livraison d’un A350 pour un client privé désirant un avion sans hublots, les demandes sont diverses et variées.

Jacques Pierrejean designer jet privé DINING 02

Une chose est sûre, il n’y a aura jamais de baignoire ou de piscine dans les airs contrairement à ce que l’on pourrait croire… cependant, le hammam est déjà une réalité dans un A380 privé, tout comme un ascenseur permettant de relier les différents niveaux de l’imposant avion…Fort d’une réussite internationale, l’homme nous parle fièrement son dernier bijou, tout juste achevé pour un client d’Abu Dhabi.

Jacques Pierrejean designer jet privé dreamteam avec bateau
Yas Yacht

Il ne s’agit pas d’un avion mais d’un yacht, un imposant bateau de 140 mètres de long nommé Yas. Tirées vers l’arrière, ses lignes sportives et élégantes attirent nos regards. Il avoue qu’à la différence d’un jet privé, les possesseurs de yacht font l’acquisition de ce jouet pour leur plaisir personnel et leur « balade ». Ces yachts ne sont jamais utilisés pour des déplacements « business » contrairement à l’aviation.

Pourquoi est-il l’un des seuls sur ce marché?

Après un bref moment passé sur la présentation de ce yacht, je demande à l’homme qui sont ses clients, les parts d’activités. Simplement et sans surprise, le designer répond que son business attire les marchés américains, asiatiques et orientaux. Qu’ils répondent à des clients privés ou à des compagnies aériennes, ses projets se partagent à parts presque égales (60% des projets sont pour l’aviation, 40% pour le yachting). À notre dernière question « Pourquoi n’y a-t-il pas de designers français et de clients français ? », il sourit et répond sans langue de bois qu’en France, il faut justifier d’être riche au Fisc mais également aux yeux d’un grand public pouvant juger trop rapidement « les riches ».

Jacques Pierrejean designer jet privé A319_013_120613

Son travail pourrait pourtant permettre de faire travailler nos artisans et de mettre en valeur leurs savoir-faire. L’homme pour qui le luxe se définit par l’espace, l’exceptionnel et l’unicité reste modeste malgré son parcours, ses innovations et ses projets. Il évoque un de ses regrets en parlant de l’école Boulle qui lui demanda, un jour, d’intervenir autour d’un projet pédagogique. Venant lui-même de cette institution, il accepta. Cependant, l’école le rappela pour annuler puisqu’un ensemble de personnes de Boulle ne désirait pas mettre en exergue ce type d’activités dédiées aux riches… Une aberration lorsqu’on sait qu’André-Charles Boulle était l’ébéniste du Roi Louis XIV…