PDG, CEO, Fondateur/Fondatrice, Chargé(e) de marketing ou de communication, découvrez chaque mercredi le portrait d’un acteur du luxe. Après Monsieur Erik Perey (Luxury Attitude), Jérôme Tourbier (Les Sources de Caudalie) ou encore Nicolas Bos (CEO de Van Cleef & Arpels), c’est au tour de Monsieur Adel Najah, fondateur d’ESSIUS de se confier à Luxurydesign.

Personnalité d’un leader

Franck Demaury : Adel Najah, pourriez-vous présenter en quelques mots votre parcours, votre histoire ?
Adel Najah : Je me considère autodidacte.
Très jeune et un peu par hasard, j’ai intégré l’industrie de la mode. Puis pris de passion par les métiers d’ateliers, je décide d’en faire ma vie. J’ai gravi rapidement les échelons de l’industrie à travers les différentes structures qui m’ont fait confiance. Je n’ai jamais dévié de cette voie. 

adel najah
 

Franck Demaury : Quelles ont été les plus grandes difficultés au cours de votre carrière ?
Adel Najah : La barrière de l’âge, devoir toujours prouver son aptitude et justifier de son expertise et de ses compétences.

Franck Demaury : Les plus grandes satisfactions ?
Adel Najah : Démontrer que les apparences sont trompeuses. A 21 ans, un conseil d’administration me nomme à la tête d’une usine de 1 250 employés.

Franck Demaury : Vous êtes le co-fondateur de marque et Président Exécutif pour la marque Essius. Quelles qualités faut-il avoir pour occuper un tel poste ?
Adel Najah : De la hauteur pour définir une vision et une stratégie, et de l’opérationnel quotidien pour permettre d’atteindre nos objectifs.

Franck Demaury : Comment s’organise une journée type ?
Adel Najah : Tôt, très tôt !
Par le suivi de l’évolution de nos collections et de nos productions. Mais aussi de l’administratif en général et de la trésorerie en particulier. S’ajoute à cela nos visites aux prestataires, nos réunions de brainstorming sur tous les aspects créatifs, matière, coupes… ça ne s’arrête jamais. Le pays auquel nous faisons référence par notre marque – ESSIUS étant le palindrome de SUISSE – se caractérise par son savoir-faire et sa précision : il en est de même pour nous, chaque détail a sa raison d’être, rien ne se fait par hasard. Nous prenons le temps de concevoir et produire un produit irréprochable – pour cela, il faut se donner du temps.

Franck Demaury : Quel est votre rituel du matin ?
Adel Najah : Impossible de commencer ma journée sans un café, accompagné de quelques minutes rien qu’à moi à lire les dernières nouvelles nationales et internationales. Ensuite, j’allume la radio et je saute sous la douche. Habillé, je fais mes premiers appels téléphoniques en promenant ma chienne dans le quartier – un moment que j’affectionne particulièrement car il me donne une routine simple et saine.

Du soir ? Quand je ne finis pas tard ou que je me retrouve entraîné à un évènement parisien – une « déconnexion » en famille. Un téléphone sur silencieux et une série divertissante et rassurante – je suis un grand fan d’ « Arabesque », que je revisite en ce moment.

Franck Demaury : Comment pourriez-vous définir le luxe ? L’excellence ? La qualité ?
Adel Najah : Le sens ultime porté aux détails véhiculés par une exigence absolue et sans aucune concession.

Essius L_04_0296

La mode et vous ?

Franck Demaury : La mode pour vous, c’est quoi ?
Adel Najah : Un éternel recommencement.

Franck Demaury : Votre créateur préféré ?
Adel Najah : Sans hésitation Azzedine Alaïa.

Franck Demaury : Votre maison préférée ?
Adel Najah : La maison Hermès.

Pourquoi ? La qualité des matières et le respect du « savoir faire » des ateliers, on se rejoint sur ces valeurs.

Festival des Métiers Hermès Sydney Savoir-faire
Festival des Métiers Hermès

Franck Demaury : Quel est votre regard sur la mode d’aujourd’hui ?
Adel Najah : J’ai pris du recul. Quand j’étais plus jeune, je la suivais à la lettre. Désormais je suis en recherche d’intemporalité. Je veux des belles choses que je pourrais porter dans 5, 10 ou encore 20 ans.

Franck Demaury : Selon vous, quels sont les essentiels qu’un homme doit avoir pour être « trendy » ?
Adel Najah : Forcément chaque saison vient avec son lot de tendances, mais pour que cela ait de l’impact sur un look, il faut que la personne y apporte sa personnalité. Il faut que cela ait l’air « sans effort ». Organique et assumé. Tout est dans l’attitude. Et croyez-moi, porter de beaux vêtements aux matières irréprochables déclenchera en vous une assurance inégalée !

Essius et vous ?

Franck Demaury : Pourriez-vous nous en dire plus sur la marque Essius ?
Adel Najah : Essius est né d’un constat personnel : CEO d’une structure internationale basée à Genève, je ne trouvais pas de costume respectant les codes du sartorial que m’imposaient mes fonctions, et un aspect contemporain. Comme une l’étincelle à une idée : il y avait quelques choses à faire, je ne devais pas être seul dans cette situation.

Franck Demaury : Quelles ont été les étapes pour construire Essius, du début jusqu’à aujourd’hui ?
Adel Najah : L’envie de créer ESSIUS était présente en moi depuis un certain temps. De l’idée à la réalité, quelques mois ont suffi. Le plus difficile fut de trouver LA bonne personne à la Direction Artistique qui partage mes envies, mes valeurs et mes projets. Cela m’a pris 2 ans, avant de rencontrer Youn Chong BAK pour la première fois. Après une après-midi de conversation qui n’aurait dû durer qu’une heure, cela m’a paru comme une évidence : c’était elle. Je la recontacte le soir même, et lui expose mes projets. Quelques semaines plus tard, nous co-fondons ESSIUS au nom de toutes les valeurs nous unissant.

Essuis Men's Spring 2017
essius jaune
 

essius jaune
essius costume
 

Franck Demaury : Sur le segment de la mode, qui sont vos concurrents ?
Adel Najah : En termes de qualité et de fabrication « produits », Gieves & Hawkes, Brioni ou encore Tom Ford.

Franck Demaury : Quelles sont les principales différences avec eux ?
Adel Najah : Au-delà de notre ADN helvète, nos coupes sobres et originales inspirées d’architecture de Le Corbusier sont devenus une signature. Il en est de même avec le choix de nos matières où nous apprécions particulièrement les tissus doubles et texturés toujours dans des compositions de filatures les plus nobles : Cashmere, Alpaga, Camel, Soie, ou encore simplement en draps de Laine. Mais notre différence est surtout visible par nos clients, souvent surpris par nos 1er prix de costume en entoilage complet fait intégralement à la main en Italie, boutonnière inclus, qui est de EUR 1 290.- pour une laine super 120. Nous devons cela au soutien sans faille de nos fournisseurs italiens, que je remercie particulièrement pour leur confiance en nous.

Franck Demaury : Qui sont vos clients et quelles sont leurs attentes?
Adel Najah : Notre client est un homme averti. Cultivé et ambitieux, il vit avec son temps. Fin stratège et entrepreneur, il aime le risque maitrisé et la réussite.

C’est surtout un homme exigeant avec lui-même et donc avec les autres : son costume est le reflet de son tempérament.

Essius L_18_1262

Franck Demaury : Comment garantissez-vous la qualité attendue par vos clients ?
Adel Najah : Nous confectionnons l’intégralité de notre vestiaire avec les plus belles matières et auprès des meilleurs artisans Italiens et Français, qui prêtent une attention toute particulière à l’exécution parfaite de nos détails.

De plus pour nos clients en quête de perfection, nous proposons un service de sur-mesure, où notre maître-tailleur qui a fait ses armes auprès de la maison Arnys, Lanvin ou encore Hermès les accueillera dans son atelier dans le plus grand respect de l’univers du Sartorial.

Franck Demaury : Quelles sont vos pièces emblématiques ?
Adel Najah : Tout le vestiaire inspiré de l’univers de Le Corbusier dont Youn Chang BAK est une inconditionnelle.

Ainsi nos costumes prêtent à la chaise longue « LC4 », une courbe qui se transcrit par un col au revers désormais signature. Ou encore les coupes de nos blousons, jerseys et pulls, inspirées de la forme du pilonne majeur en forme de « Y » du musée zurichois Heidi Weber dernière œuvre architectural du maître.

Youn Chang Bak Adel Najah
Youn Chang Bak – Adel Najah

Franck Demaury : Quelles sont les prochaines étapes ?
Adel Najah : L’ouverture prochaine de notre 1ère boutique à Zurich, qui sera suivie de peu de celle de Paris, le tout avec une approche « retail » très différenciante de ce qui existe actuellement. Je ne peux en dire plus pour le moment.

Le digital et Essius ?

Franck Demaury : La mode et le digital peuvent-ils et doivent-ils cohabiter selon vous ?
Adel Najah : Oui totalement, et c’est de toutes les façons, une voie inéluctable et inexorable pour toute marque dont les ambitions sont internationales. Le digital, de part son aspect instantané, prend une part de plus en plus importante dans notre quotidien, la mode en fait partie.

Pour beaucoup de marques, le e-shop est le meilleur point de vente de l’enseigne. Les marques ultra-connectées y accordent même une importance encore plus grande, avec la disponibilité immédiate en ligne des collections présentées en défilés, mettant à mal par la même occasion les calendriers de la mode.

Franck Demaury : La communication digitale est-elle nécessaire pour vous ? Pour les marques de mode ?
Adel Najah : Elle est indispensable : elle permet l’immédiat . Lors des fashions weeks c’est encore plus vrai. C’est un réel trait d’union entre les marques et les clients, où on peut collecter leur avis quasi-instantanément.

ESSIUS étant tout jeune sur les réseaux sociaux, nous attendons beaucoup de ce développement pour la visibilité de la marque.

Franck Demaury : Votre moment « luxe », ce serait quoi ?
Adel Najah : Juste avoir et prendre du temps en compagnie de mes « fondamentaux », peu importe le lieu.

Franck Demaury : Quelle est votre plus grande fierté ?
Personnellement ? Ma fille, Inès.
Professionnellement ? ESSIUS, évidemment.