Depuis le 1er octobre, les règles sur les campagnes publicitaires sont entrées en vigueur. Comment la mode évolue-t-elle depuis quelques années ? Quel est l’impact sur le monde de mode et de la beauté ?

fashion week 2015 Jean Paul Gaultier final
Fashion Week 2015 Jean Paul Gaultier fait son final avec Naomi Campbell

Si la France est considérée comme le berceau de la mode grâce à la réputation de ses couturiers et des nombreux mannequins dont la carrière a débuté dans la capitale Française, celle-ci est aussi l’une des premières à prendre une mesure marquante et significative pour s’attaquer aux troubles alimentaires touchant plus de 600 000 personnes. Quand on parle de mode, on imagine souvent ces podiums sur lesquels des filles squelettiques et peu souriantes défilant 10 secondes pour vendre un produit à la presse et aux clients privés.

 

Dans l’hypocrisie générale et dans l’indifférence complète, la mode et la beauté impactent pourtant le quotidien des filles et des garçons, à qui nous vendons des corps parfaits sans gras, sans seins, sans cellulites ou aux abdos surfaits … le tout résultant d’un régime contraignant et menant vers la dépression, l’anorexie, la remise en question de soi …. Le tout pour correspondre à des standards, qui dans la vraie vie, n’existent pas…

Si Jean-Paul Gaultier (ou encore Vivienne Westwood) a, depuis ses débuts, bouleverser les codes de la mode en faisant défiler « des vieilles », des homosexuels, des tatoués, des personnes d’une autre couleur que le blanc, la mode a depuis toujours résisté à bouleverser les codes de l’esthétisme… Il aura fallu attendre septembre 2013 pour que les mannequins Bethann Hardison, Iman et Naomi Campbell écrivent une lettre ouverte dénonçant la sous-représentation des modèles noirs dans la mode tout en ciblant des dizaines de marques.

maia_ruth_lee_d__fil___pour_eckhaus_latta_lors_de_la_fashion_week_printemps___t___2018____new_york_5629.jpeg_north_665x_white
Maia Ruth Lee défile pour Eckhaus Latta lors de la Fashion Week printemps-été 2018 © Indigital Images

Bien que le combat aura pris du temps, le changement se fait sentir. Finalement en 2017, lors des quatre dernières fashion week (Paris, New York, Londres et Milan), sur les 241 défilés et les 7015 modèles, 31,5% étaient de couleurs… Cette saison n’a pas connu que ce bouleversement puisque nous avons pu observer la présence de mannequins transgenres, ayant un handicap ou des mensurations différentes des « normes » imposées.

Stav Strassko - Marc Jacobs -  Fashion Week automne-hiver 2017-2018
Stav Strassko – Marc Jacobs – Fashion Week automne-hiver 2017-2018

Anna Wintour, Rédactrice en Chef du célèbre magazine de mode Vogue, vient d’ailleurs de révéler à New York, lors de son débrief sur les derniers défilés, que « la mode a la responsabilité de ne pas persister à dépeindre une façon unique de regarder les femmes ». Elle a d’ailleurs souligné que les derniers défilés Printemps 2018 ont été l’occasion de montrer des femmes aux formes généreuses, de tous les âges, de tous les genres, et de toutes les couleurs…

« Photo retouchée » et « certificat médical »

Alors, effectivement si les défilés connaissent une évolution marquante, les publicités, les magazines et les marques ont aussi un impact majeur sur les consommateurs. Pour lutter contre les troubles alimentaires souvent liés aux standards imposés par la société de consommation, le décret « Contrôle de Photoshop » relatif aux retouches photos, initié par l’ancienne Ministre de la Santé, Marisol Touraine, oblige désormais l’apposition de la mention «photographie retouchée». Ainsi, dès lors que l’apparence corporelle des mannequins a été modifiée par un logiciel de traitement d’images pour affiner ou épaissir leur silhouette», les photos à usage commercial «insérées dans des messages publicitaires» dans la presse, sur les affiches, sur internet ou tous les autres supports de communication, devront comporter la mention « photographie retouchée ».

Capture d’écran 2017-10-26 à 03.43.41
Excès de photoshop, le mannequin a perdu ses genoux

Les contrevenants sont passibles d’une amende de 37 500 euros, si cette mention n’est pas respectée mais la loi Santé relatif au travail des mannequins (arrêté du 4 mai 2017) va beaucoup loin encore puisqu’elle impose désormais que les services de santé au travail vérifient que l’état de santé global de la personne âgée de plus de 16 ans, évalué notamment au regard de son indice de masse corporelle, lui permet l’exercice de l’activité de mannequin.

LA photo originale a été retouchée pour le Festival de Cannes. Claudia Cardinal a été amincie.
LA photo originale a été retouchée pour le Festival de Cannes. Claudia Cardinal a été amincie.

Le certificat médical, délivré par un médecin pour une personne âgée de plus de 16 ans, est valable pour une durée de deux ans. maximum.

L’utilisation d’un modèle sans les conditions de santé et le certificat est passible d’une amende de 75 000 euros et de six mois d’emprisonnement

Make Up For Ever - Campagne publicitaire avec  des photos "non retouchées"
Make Up For Ever – Campagne publicitaire avec des photos « non retouchées »

Si des marques comme Make Up For Ever avaient déjà mis en avant des publicités non retouchées, les géants de l’industrie comme Kering ou LVMH ont désormais adopté une charte interdisant de faire défiler des mannequins taille 32 et de moins de 16 ans. Reste à voir si les arrêtés ont désormais être appliqués pour combattre les stéréotypes et, surtout, les maladies liées aux canons faussés de la beauté.