PDG, CEO, Fondateur/Fondatrice, Chargé(e) de marketing ou de communication, découvrez chaque mercredi le portrait d’un acteur du luxe. Après Frantz Yvelin (La Compagnie), Philippe Leboeuf (Mandarin oriental Paris) et Oliver Krug (Krug), Cédric Galonské (DM Media), c’est au tour de Monsieur Olivier Cresp, Maitre Parfumeur chez Firmenich, de se confier à Luxury Design.

Franck Demaury : Mr Olivier Cresp, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Olivier Cresp : Maitre Parfumeur chez Firmenich, j’ai eu la chance de dédier ma vie professionnelle à ma passion pour les parfums. À l’origine de mes créations se trouve ma sensibilité d’artiste. On dit de ma parfumerie qu’elle est figurative. J’aime les idées inédites et puissantes. Ma plus grande récompense est le nombre de consommateurs aux quatre coins du monde qui portent mes parfums avec bonheur.

Franck Demaury : Pouvez–vous nous expliquer les origines de votre sensibilité pour le parfum ? Quel a été votre parcours ?

Olivier cresp penhaligons

Olivier Cresp : La parfumerie est un héritage de ma familiale Grassoise. Elle s’inscrit dans notre ADN. Mes arrière-grands-parents cultivaient les fleurs, mes parents et grands-parents étaient négociants en matières premières naturelles pour la parfumerie. Dès mon plus jeune âge, j’ai appris à distinguer et connaitre toutes les subtilités de leur signature olfactive avant d’être initié à l’art de les assembler pour composer un parfum. Ma voie de parfumeur a été tracée le plus naturellement du monde !

Franck Demaury : Quelles ont été les plus grandes difficultés au cours de votre carrière ? Les plus grandes satisfactions ?
Olivier Cresp : 
La compétition reste l’aspect le plus agressif de notre métier mais elle nous permet de nous dépasser. Rien n’est plus dur que de perdre une longue et belle bataille mais quelle fête, quelle joie, quelle fierté procure une victoire ! Notre métier est riche en adrénaline.

Franck Demaury : Quels sont vos principaux traits de caractère en quelques mots ?
Olivier Cresp : 
Je suis très attaché aux valeurs familiales, à l’héritage culturel, à la transmission. C’est la raison pour laquelle, j’accorde une attention toute particulière à mon rôle de mentor auprès des jeunes parfumeurs, ce rôle étant très étroitement lié à mon titre de Maitre parfumeur. Voir mon fils suivre mes pas m’émeut profondément.

Par ailleurs, dans ce même esprit, je suis très engagé aux côtés de mes pairs à faire inscrire la ville de Grasse au capital de l’Unesco, et à défendre les valeurs de notre métier d’artistes parfumeurs. 

Franck Demaury : Quelles sont vos sources d’inspiration au quotidien ?
Olivier Cresp : 
Mes souvenirs, chaque moment  d’émotion, les voyages, les matières, les rencontres, les expressions artistiques que j’admire ; un tableau, un opéra ou un plat composé par un chef. Mes sources d’inspiration sont innombrables.

Cadeau de noel 2014 penhaligon's juniper_sling_collection

Le luxe par Olivier Cresp

Franck Demaury : Le parfum est-il un objet de luxe pour vous ?
Olivier Cresp : 
Absolument. C’est la raison pour laquelle nous sommes attachés à travailler avec les matières les plus nobles, les plus raffinées. La qualité du produit en dépend étroitement. C’est une valeur que nous tient très à cœur. Le consommateur ne s’y trompe pas et nous n’aimons pas le décevoir. On oublie aussi parfois les artistes qui les ont composé. Se pose-t-on la question du luxe pour un tableau?

Franck Demaury : Comment pourriez-vous définir le luxe ?
Olivier Cresp : 
J’aime le luxe tel qu’il se définit chez Penhaligon’s justement ; une élégance raffinée, une qualité prisée au degré de l’excellence, les ingrédients les plus fins et les plus rares. La définition d’une signature distinguée.

Franck Demaury : Quelle était votre vision du luxe à vos débuts, en commençant votre carrière?
Olivier Cresp : 
À mes débuts le luxe était précieux et rare.

À cette époque, le luxe n’avait pas été encore malmené comme il l’a été ces dernières années. Sa globalisation a permis de développer le marché ce dont nous nous félicitons mais il en a souffert. Il est difficile de tenir un équilibre entre la rareté et l’élargissement de l’accessibilité. C’est la raison pour laquelle le caractère précieux du luxe, la qualité est une notion qui ne doit pas être compromise.

Le parfum par Olivier Cresp

Franck Demaury : Imaginez-vous (ou avez-vous besoin) une histoire en créant vos parfums ?
Olivier Cresp : 
L’histoire de la marque pour laquelle je créé, en premier lieu, me permet d’assoir la signature dans un contexte, une ambiance, un esprit. Puis intervient l’histoire que le projet raconte et que je vais traduire olfactivement. Vont également intervenir, les histoires des matières premières que je choisis de mettre en scène…Elles sont donc multiples à participer à mes créations.

Penhaligons Equinox Bloom parfum

Franck Demaury : Remarquez-vous une évolution dans l’élaboration des fragrances ?
Olivier Cresp : 
Oui, bien sûr, et j’identifierais trois origines à cette évolution; les tendances du marché, la législation et l’économie.

J’ai eu la chance de traverser une époque très dynamique et même de me trouver à l’origine de certaines tendances telle que la famille des gourmands en tant qu’auteur d’Angel. Cette tendance a démarré peu avant le deuxième millénaire et perdure toujours aussi forte. J’ai connu de nombreuses vagues inspirées d’influences culturelles ou de l’ouverture sur un monde plus global. Par exemple, la tendance des floraux fruité est arrivée des USA, tout comme  la vague marine dans les années 90. Aujourd’hui, nous assistons à un très fort engouement pour le Oud qui nous vient de la grande dynamique du marché Moyen Oriental.

L’évolution dépend aussi de l’influence des contraintes réglementaires qui nous forcent à exploiter de nouvelles voies. Elle pousse notre recherche à explorer des territoires vierges. Nous avons ainsi lancé le tout premier ingrédient issu des biotechnologies, le clearwood. Une avancée spectaculaire dans l’histoire de la parfumerie.

Enfin, l’économie nous incite à être plus rationnels dans notre approche. Aujourd’hui, nous aimons les formules plus courtes, plus lisibles qui racontent des histoires simples et authentiques. Cette influence a radicalement modernisé la parfumerie.

Franck Demaury : Quelle est la place de l’artisanat au sein du marché de la parfumerie ?
Olivier Cresp : 
Il est essentiel. Notre métier, à l’image de la maison Penhaligon’s allie savoir-faire ancestral, tradition artisanale et innovation. Notre industrie a su se développer à une échelle mondiale en capitalisant sur son héritage. Les extractions des naturels comme la distillation à la vapeur d’eau restent fidèles à celles pratiquées par nos ancêtres et nous avons aussi su les optimiser grâce aux nouvelles technologies, telle l’extraction au Co2 supercritique qui nous permet d’utiliser les mêmes matières dotées de propriétés olfactives différentes.

Franck Demaury : Comment se passe la transmission de votre savoir ? Combien de temps faut-il pour devenir nez ?
Olivier Cresp : 
L’apprentissage du métier de parfumeur est très long. Nous comptons en moyenne 10 ans pour mémoriser toutes les matières premières disponibles à notre palette de parfumeur et apprendre à les assembler. Comprendre la composition des grands chefs d’œuvre du marché fait partie de cette formation.

Penhaligons journal

Penhaligon’s par Olivier Cresp

Franck Demaury : Que représente la maison Penhaligon’s pour vous ?
Olivier Cresp : 
La maison Penhaligon’s porte la noblesse de l’héritage britannique inspiré par les traditions de la Royale Maison d’Angleterre. L’ère victorienne y a laissé son empreinte classique qu’une touche de modernité twiste de façon inattendue. Les matières les plus raffinées sont taquinées avec audace et sophistication faisant perdurer l’esprit de son flamboyant fondateur.

Franck Demaury : Existe-t-il une concurrence avec les autres maisons ?
Olivier Cresp : 
Elle existe tout comme la compétition existe en interne. Cependant la concurrence interne a un peu diminué du fait de notre habitude croissante à travailler en équipe. Nous aimons rassembler nos forces et travailler avec une plus grande ouverture d’esprit. La concurrence entre les maisons reste très saine car nous avons beaucoup de respect pour le travail de nos pairs. Le nombre de projets allant sans cesse croissant, nous avons tous un rythme soutenu, chaque maison ayant trouvé sa place.

Peoneve 100ml Eau De Parfum

Olivier Cresp par Olivier Cresp

Franck Demaury : Quelle est votre création personnelle préférée ?
Olivier Cresp : 
Vous avez dit « personnelle ». Je la partage avec ma femme. Ce sont mes enfants, ma fille et mon fils.

Franck Demaury : Quel est votre parfum favori ?
Olivier Cresp : 
Je crains qu’ils soient trop nombreux pour tous les citer ici. 

Franck Demaury : Votre moment « luxe », ce serait quoi ?
Olivier Cresp : 
Un beau voyage en famille. Rien ne vaut les moments où nous nous trouvons réunis.

Franck Demaury : Qu’est ce qui est le plus important pour vous au quotidien ? Personnellement ? Professionnellement ?
Olivier Cresp : 
Voir les jeunes grandir, développer de nouvelles idées pour le futur de notre merveilleux métier.