Jusqu’au 28 août, la Maison Guerlain vous invite à découvrir les matières à travers une exposition interactive intitulée « Matières, voyages aux frontières de l’invisible« .

guerlain Meridiani Planum - large et jeune cratäre ∏ Nasa _ JPL _ The University of Arizona _ êditions Xavier Barral
Meridiani Planum – Large et jeune cratère

C’est en trois moments que s’articule l’exposition Guerlain « Matières, voyages aux frontières de l’invisible ».

Attachée à la Culture, à l’Art et à la valorisation de ses compositions exceptionnelles, la Maison Guerlain interroge, en images, son patrimoine, son identité et valorise la matière. Pour réaliser cette performance, la marque a tout d’abord fait appel à la Maison européenne de la Photographie, détentrice d’une vaste collection de photos allant de 1950 à nos jours.

guerlain Feu - Salgado - Combattant du feu
Feu – Salgado – Combattant du feu

Convié à cette interrogation « Qu’est ce que le parfum ? Quelle est son essence ? De quelles matières sont composés ses effluves et quelle subtile alchimie entre dans sa composition ?« , Jean-Luc Monterosso – Directeur de la Maison Européenne de la photographie – a prêté neuf photos et deux installations issues de l’art numérique  et de la vidéo. L’eau est ainsi illustré par les œuvres de Mimmo Jodice, Irving Penn, Harry Callahan et Daido Moriyama alors que le feu est imagé par les œuvres de Bernard Faucon et Sabastião Salgado.

guerlain Feu - Bernard Faucon - La Boule de Feu ∏ Agence vu
Bernard Faucon – La Boule de Feu

La terre est, quant à elle, représentée par deux images exceptionnelles. La première, celle prêtée par l’éditeur Xavier Barral, montre la surface de Mars. La seconde de Mario Giacomelli présente des motifs abstraits du labour. Enfin l’air est représenté par deux installations étonnantes.

guerlain pissenlits

Ainsi, « Les Pissenlits » de Couchot et Bret sont une oeuvre numérique réagissant au souffle des spectateurs. Réalisée en 1988, la création est à cheval entre deux chemins, la culture analogique et la révolution numérique. Quant à « Autant en emporte le vent », l’oeuvre a été réalisée par Alain Fleischer en 1979. On y découvre un visage féminin en mouvement, projeté sur un ventilateur en rotation.  Saisissante, la création – qui implique la lumière, les reflets, les accessoires et la projection – ne vous laissera pas indifférente.

guerlain autant en emporte le vent
Autant en emporte le vent

Pour le second moment, Guerlain a fait appel à l’artiste brésilien, Vik Muniz. Photographe et plasticien, l’homme réinterprète les images appartenant à notre mémoire collective à sa manière. Pour construire cette installation dans le hall d’entrée, l’artiste a rencontré Thierry Wasser afin de sentir et voir les fleurs utilisées dans les compositions Guerlain. L’homme a donc réfléchi « à ce que recouvrait l’acte de conserver l’essence de ce qu’a été une fleur, de ce que peut être un souvenir dans sa gloire et dans son seul parfum » pour créer sa composition Vil Muniz a rassemblé sur un plateau carré d’1,10 m de côté, des roses, des pivoines, du jasmin, de la lavande, du vétiver et bien d’autres fleurs. En regardant le miroir situé au-dessus de l’oeuvre, on y découvre l’emblème de Guerlain, l’abeille. Une photo géante reproduit également cette création éphémère et odorante.

guerlain Bee Vik Muniz

Dernière étape de cette exposition, « Vivre la Matière » invite ainsi entrer dans le monde de la réalité virtuelle pour découvrir deux univers distincts, « le jasmin en Inde » et « le miel des abeilles noires d’Ouessant ». Pour vivre l’expérience, il faut donc s’installer et enfiler un casque sur les yeux et les oreilles. L’expérience se déroule à 360°. Dès que l’un des films commence, il faut alors se laisser aller, tourner la tête, regarder vers le bas, vers le haut, à gauche ou encore à droite. Les images défilent et vous emportent dans l’univers précieux de Guerlain pour y découvrir les abeilles de la maison ou encore les champs de jasmin minutieusement travaillés. Véritable prouesse technique, la réalité virtuelle et les films réalisés par l’équipe de Fisheye VR vous font découvrir la maison différemment.

Apiculteur-2-720x360

Si Gaston Bachelard disait dans « L’eau et les rêves » : « Au fond de la matière pousse une végétation obscure. Dans la nuit de la matière fleurissent des fleurs noires. Elle ont déjà leur velours et la formule de leur parfum », cette exposition rend un bel hommage aux matières et une véritable expérience. Il faut, pour bien comprendre le travail de cette installation, prendre le temps de lire chaque oeuvre et s’immerger dans l’univers de la marque.

L’exposition se déroule jusqu’au 28 août au 68, avenue des Champs-Elysées. Elle est libre d’accès, tous les jours de 10h30 à 22h00. Plus d’infos sur le site Guerlain.