interview Hautlence Guillaume Tetu
Guillaume Têtu, fondateur de la marque Hautlence.

Hautlence et son histoire horlogère

Comment la Marque Hautlence a-t-elle vu le jour ?
Quelle a été son évolution ?
Nous étions quelques amis travaillant chez Tag Heuer et LVMH à refaire le monde entre 2001 et 2003, autour d’une bonne bouteille de vin, et nous posions les questions de la créativité dans la lecture de l’heure, puisque finalement, à part Vianney Halter ou Felix Baumgartner de Urwerk, il n’y avait à cette époque pas de marque recherchant à innover dans ce domaine.

D’esquisse en brainstorming, nous nous sommes rendu compte que les clients recherchaient un produit unique, différent. Avec la création des Opus d’Harry Winston ou les projets type Goldfeil avec l’AHCI, il y avait pour nous un terrain de jeu nouveau, et plus motivant que de réutiliser des calibres standard de chez ETA et travailler sur le design en fonction de l’univers du produit ou du sport de son ambassadeur…

La créativité
dans la lecture
de l’heure,

Nous nous sommes pris à notre propre jeu et avons voulu créer notre empreinte dans l’horlogerie créative, le départ fut assez spectaculaire avec une demande immédiate et une première foire de Bâle au premier étage du Starbucks café, celui juste à côté de l’enceinte Baselworld.

Nous avons rempli le carnet de commande pour 2 ans… c’était incroyable, mais comme toute aventure il y a des hauts et des bas, et nous avons connu les deux.
Maintenant 10 ans plus tard, grâce au rachat par MELB holding en 2012, un horizon plus prospère se dessine.

Combien faut-il de personnes et d’étapes faut-il pour réaliser une pièce ?
L’équipe interne est composée de moins de dix personnes, de la création au développement en passant par la logistique et la qualité. Cependant, ce sont plus de 45 ateliers des montagnes Neuchâteloises qui réalisent les composants sur base de nos plans et dossiers techniques. Une montre HAUTLENCE comprend entre 180 et 550 composants selon les modèles avec parfois 4 intervenants différents par composants… je vous laisse imaginer les temps de production, il s’agit de 4 à 6 mois pour l’approvisionnement des composant et plusieurs semaine pour le montage et le contrôle.

Combien de pièces sont fabriquées chaque année ?
Cette année nous produirons plus de 300 pièces avec un objectif d’atteindre 1000 pièces en 2017 avec l’introduction des nouvelles collections plus accessibles.

Projetez–vous de faire des collaborations avec des artistes ?
Tous les artisans qui interviennent sur nos pièces sont des artistes, mais des collaborations avec des célébrités du monde artistique, disons que le partenariat avec Eric Cantona est un bon exemple de collaboration pour sortir des sentiers battus, puisqu’il va intervenir sur plusieurs modèles de différentes collections et apporter sa sensibilité artistique dans le design même des produits.

Nous accompagnerons le lancement de ces collections par une exposition itinérante nommée : Cross the Line tour. Cette exposition a pour but de faire découvrir l’univers HAUTLENCE d’inviter le public à entrer dans le Gentlemen Rebels Club. L’exposition comprendra une partie de la collection privée d’œuvres d’art d’Eric Cantona qu’il a mis à disposition pour l’occasion.

Hautlence et ses Destinations

Quel est le positionnement de la gamme Destination dans les références Hautlence ? Pourquoi avoir réalisé cette collection ?

Le partenariat avec Eric Cantona - une collaboration pour sortir des sentiers battus

Nous souhaitions apporter un produit plus démocratique en terme de lecture d’heure et fonctionnalité, avec le mouvement Dual Time 9351 de Soprod, tout en conservant la pertinence esthétique et l’architecture du cadran multiniveau, pari réussi, car grâce à son positionnement prix beaucoup plus abordable, nous touchons une nouvelle clientèle pour un premier accès à la marque, mais aussi les collectionneurs de la première heure qui trouve avec la destination un produit qui les accompagne tous les jours, y compris en voyage.

Quel est le ressenti des clients vis à vis de cette gamme ?
Pour l’instant, le sell out est très bon partout dans le monde. Nous pourrons tirer les conclusions après 12 mois de livraison.

Comment Hautlence se démarque de ses concurrents ?
Quel est le futur de la marque ?
La notion de concurrence pour nous est relative car nous sommes tout aussi créatifs que les créateurs indépendants de la nouvelle horlogerie, mais beaucoup plus abordables. Le fait de développer à l’interne rend nos coûts plus attractifs. Nos choix de positionnement nous permettent d’être réellement compétitif comparé à des marques plus connues mais qui se sont établies sur des produits moins créatifs que les nôtre. Nous sommes une excellente alternative.

Eric Cantona, égérie d’Hautlence

Si Hautlence a récemment choisi Eric Cantona comme égérie ?
Que représente-t-il pour Hautlence ?
Il est l’incarnation parfaite de nos valeurs, Gentleman Rebels Club, c’est un être entier, curieux, accompli, qui a le courage de ses convictions, en avance sur son temps et avec une sensibilité artistique peu connu qui correspond complètement à ce que nous sommes.

Comment la rencontre a-t-elle eu lieu ?
Nous cherchions une personnalité pour nous aider à être plus visible et mettre en avant nos valeurs et notre positionnement de marque, mais ne voulions pas d’un « people » dont on utilise une photo simplement. Nous cherchions la personne HAUTLENCE. J’ai contacté le frère d’Éric Cantona, Jean-Marie, qui est aussi son agent, et nous sommes très vite entendus et compris sur le projet commun.

Qu’est ce qui a séduit Monsieur Cantona chez Hautlence ?
Le produit très différenciant, le positionnement très haut de gamme et la taille humaine de l’équipe.

Va-t-il intervenir dans la création ?
Oui nous allons développer plusieurs lignes en série limitée, nous avons déjà commencé et prenons beaucoup de plaisir à travailler ensemble.

Hautlence et ses acquéreurs

Comment définiriez-vous vos clients ?
Ce sont des personnes avec un goût prononcé et affirmé, sans crainte de ce que pense l’autre, ils assument leurs choix, ils sont rebelles et gentleman en même temps, ils rejoignent le club HAUTLENCE pour le coté exclusif et créatif sans concessions.

Quelle est la force ? La singularité d’Hautlence ?
Le design iconique et reconnaissable, la créativité débridée du produit.

Hautlence, auto-analyse par
Guillaume Têtu

Qu’est ce qui vous a amené à l’horlogerie ?
Le hasard de la vie m’a conduit chez le sous-traitant de bracelet de Rolex a Genève, où j’ai découvert une industrie passionnante par sa qualité industrielle liée à la terminaison manuelle, humaine artisanale, ce contraste est fascinant. Ensuite, je me suis dirigé vers Neuchâtel chez Tag Heuer où j’ai intégré l’équipe R&D pour m’y éclater pendant 7 ans sur les conceptions 3D, et c’est là que j’ai eu envie d’entreprendre.

Quel modèle portez-vous ?
Aujourd’hui, une Destination02, c’est le modèle idéale pour ma vie actuelle, et il garde tous les codes esthétiques que je désire voir dans une montre HAUTLENCE depuis la création en 2004.

Quel est le quotidien d’un CEO d’une société horlogère ambitieuse ?
Il y a pas mal de contacts avec les marchés et les médias, l’animation de l’équipe, et une bonne partie de créativité produit (qui reste ma passion). Le support de MELB Holding me permet de me décharger des tâches administratives et financières, qui consomment du temps et pour lesquelles je ne suis de loin pas le meilleur…

Hors l’horlogerie, quel métier vous passionne ?
Le Design et l’Architecture

Quel est le plus beau souvenir avec Hautlence ?
Il y en a de nombreux, mais la rencontre créative avec Eric Cantona est la plus marquante et certainement l’une des plus importantes.

Quelle est votre devise ?
Je suis un optimiste, donc je vois toujours le verre à moitié plein. Je regarde devant et ne regrette jamais ce que j’ai fait, j’assume.