Après Frantz Yvelin et Philippe Leboeuf, voici notre nouveau rendez-vous hebdomadaire. Olivier Krug se confie à Luxurydesign sur l’histoire de la Maison fondée par celui qui disait « Prenez soin de tout noter et n’oubliez rien« , son grand-père, Joseph Krug.

Krug_x_Truffe

 

Franck Demaury : Mr Olivier Krug, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis né à Reims à quelques mètres de la Maison Krug, ainé d’une famille de 5 enfants. J’en ai 4 moi-même, avec des dispositions certaines pour le goût des bonnes choses. Je suis le Directeur de la Maison, membre le plus ancien du Comité de Dégustation que j’ai rejoint quand mon Grand-père y était encore très actif. Je parcours le monde inlassablement (le mot est léger..) et… j’adore ça. Je vais non seulement à la rencontre des amateurs de Krug, présenter les dernières cuvées et innovations. Je les écoute beaucoup aussi car ce sont eux qui nous donnent une partie de l’énergie créatrice. Ne leur doit-on pas l’inspiration de mon père quand il créa le Krug Rosé ?

 

Olivier Krug

Franck Demaury : Quel est votre parcours ?
Olivier Krug - 
J’ai un parcours que j’ai longtemps trouvé classique avant de me rendre compte que j’avais été préparé à Krug, au cas où je l’aurais souhaité… J’ai certes une formation de business, mais j’ai grandi à quelques mètres du cellier (ceux qui connaissent savent ce que cela implique en termes de jolis arômes dans le voisinage..). J’ai oublié mon premier Krug que j’ai reçu le jour où je suis né (je dois bien être le seul à avoir oublié !!) mais j’y ai été exposé, avec modération, toute mon enfance. J’étais celui qui demandait à accompagner notre père lors des tournées vendanges, celui qui adorait m’asseoir dans un coin et écouter les récits de voyage de mon oncle, les anecdotes de nos vieux agents. Je suis « tombé dedans ». J’adore le commerce, en particulier celui du luxe qui ne correspond à aucun potentiel écrit. Il faut aller à la rencontre des envies, raconter, faire gouter et, bien sûr, offrir chaque année la meilleure des qualités possibles.

J’ai commencé ma formation commerciale au Japon, un petit marché qui est devenu depuis le premier pour Krug, et ce en une quinzaine d’années. J’ai tellement appris de leur sens du détail, de leur passion, de leur fidélité et du besoin de l’être aussi. Depuis 25 ans, j’ai fait presque tous les métiers chez Krug, Maison dont la taille exige une expertise de la vigne au verre, multiculturelle.

Krug en Capitale III Verre de Krug

Franck Demaury : Comment pourriez-vous définir le luxe ?
Olivier Krug - 
L’excellence ? La qualité ? Pour moi, le luxe part du cœur, de l’envie d’offrir à autrui ce dont on rêve soi-même pour ses meilleurs moments. C’est un peu l’histoire de mon arrière arrière arrière Grand Père, Joseph Krug qui décida – contre toutes les règles de l’époque – de créer un Champagne qui offrirait chaque année le meilleur du Champagne Krug, dans un verre. Un sens obsessif du détail et une patience sans borne en sont les moyens.

Pour moi, le luxe part du cœur, de l’envie d’offrir à autrui ce dont on rêve soi-même pour ses meilleurs moments

Franck Demaury : Quelle est la place de l’artisanat dans la Maison Krug ?
Olivier Krug - 
Le cousu main et le sens des détails sont au cœur de tout ce qui fait Krug. Il faut y ajouter un sens du temps peu commun puisqu’environ 20 ans sont nécessaires à la création de notre chère Krug Grande Cuvée.

Franck Demaury : Que pourriez-vous nous dire sur l’histoire de votre Maison ?
Olivier Krug - 
C’était le rêve d’un homme, qui aimait tellement le Champagne, qu’il décidait d’aller au-delà des règles établies pour créer chaque année le meilleur Champagne qui soit, indépendamment des hasards du climat. Il a non seulement réussi mais n’a jamais été copié. Quelle fierté de participer à la transmission de cet héritage.

Franck Demaury : Comment avez-vous réussi à perpétuer l’histoire de votre famille et de votre maison ?
Olivier Krug - 
Je suis la 6ème génération. Au-delà de la famille, il y a des générations de vignerons, chefs de caves et artisans aux métiers spécialisés. Et puis, cela ne serait pas possible sans la relation, probablement unique elle aussi, que nous entretenons avec notre audience passionnée.

Krug expo JEP14- @Archives Maison Krug

Franck Demaury : Quelle a été la plus grande difficulté dans votre histoire ? Les plus grandes satisfactions ?
Olivier Krug - 
Je suis passionné d’archives et, plus je les lis, plus je relativise nos rares problèmes. Qui se souvient que Reims a été sous les bombes pendant 1151 jours entre 1914 et 1918, qu’il a fallu vendanger (deux très belles années 1914 et & 1915), produire, expédier, protéger les équipes, aider des familles puis reconstruire ?

Franck Demaury : Comment avez-vous intégré le groupe LVMH ? Quels sont les apports de cette « fusion » ?
Olivier Krug - 
En Janvier 1999, très naturellement, avec une vision et des ambitions partagées. Aujourd’hui, la qualité de Krug est plus reconnue que jamais et sa distribution qualitative est incontestable.

Krug par Christofle (1)

Franck Demaury : Comment la Maison Krug s’est adaptée aux technologies d’aujourd’hui ? Dans la production ? Dans la communication ? Dans le marketing ?
Olivier Krug - 
Au fil du temps, toutes les avancées technologiques qui n’allaient pas contre les qualités attendues ont été intégrées. Il y a 60 ans, Krug a été une des premières Maisons à garder ses fameux vins de réserve en petites cuves inox pour garantir aux vins une fraicheur et une précision ultime, en respectant l’individualité de chacune des parcelles et le caractère de chacun des vins qui en sont issus. Récemment, Krug se distingue comme la Maison la plus en pointue en termes de digital.

Krug ID

Franck Demaury : Comment la maison Krug s’est-elle adaptée au Digital ?
Olivier Krug – Très bien et proactivement ! Nous sommes fiers du Krud iD, un nombre à six chiffres qui figure sur la contre-étiquette de chaque bouteille, qui permet de connaître non seulement l’histoire de sa bouteille, mais aussi la partager, obtenir d’éventuels conseils de service, de mariage avec les mets et… la musique. En effet, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont démontré que la musique aurait une incidence sur la perception gustative. La Maison Krug travaille sur ce sujet étonnant et passionnant, en collaboration avec des musiciens de tous styles – jazz, classique, folk, soul music – afin de mettre en exergue le rôle qu’a l’écoute musicale sur la dégustation.

Le digital fait aussi partie de la culture de nos équipes. Je suis assez fier d’être un des dirigeants de luxe en France les plus actifs sur les réseaux. Beaucoup me suivent mes voyages et découvertes sur mon compte Instagram personnel. Trouvez-le !

Franck Demaury : Le luxe et le digital peuvent-ils cohabiter selon vous ?
Olivier Krug - 
Bien sûr. C’est même indispensable.

Krug en Capitale III Dégustation Champagne

Franck Demaury : Quelle est votre clientèle?
Olivier Krug - 
Des amateurs de Grands Champagnes, des hédonistes. Elle est, et a toujours été, très internationale, de plus en plus jeune et curieuse. Il n’y a pas besoin d’être un expert pour déguster un Grand Champagne car il parle à vos sens. Il convient simplement de bien le servir, pas trop frais et toujours dans un verre suffisamment large pour qu’il puisse révéler la générosité des arômes pour lesquels environ 20 ans de patience ont été nécessaires.

Franck Demaury : Quelles sont les attentes de vos clients ?
Olivier Krug - 
Retrouver chaque année, édition après édition, un Grand Champagne qui offre le spectre complet de ce que la Champagne offre de plus merveilleux : finesse et puissance, fraicheur et caractère, notes extrêmement variées de fruits et épices. Une intensité remarquable et beaucoup d’élégance.

Franck Demaury : Comment garantissez-vous la qualité attendue par vos clients ?
Olivier Krug - 
Le Krug iD permet à chacun de connaitre l’histoire précise de chaque bouteille. Il n’y a aucun secret ou mystère, tout est raconté donc transparent. La somme des détails nécessaires à la recréation annuelle de notre Grande Cuvée est interminable. Elle repose sur des décisions humaines, principalement celle du Chef de Caves, Éric Lebel, et son équipe, des relations avec les vignerons, des choix particuliers pris avec chacun d’entre eux, des milliers de micro vinifications, des dégustations (environ 4000 notes de dégustation sont parcourues par Eric Lebel avant chaque décision), du temps et des dizaines de dégustations intermédiaires qui jalonnent la préparation d’une cuvée.

Franck Demaury : Comment gérez-vous la concurrence avec les autres maisons ?
Olivier Krug - 
Je n’ai pas l’impression de voir de concurrence entre Krug et autres grands Champagnes. Le choix est immense et excitant pour un amateur curieux.

Franck Demaury : Quelles sont les principales différences entre vous et une autre maison de champagne ?
Olivier Krug - 
Je ne compare généralement pas les Maisons qui sont autant de styles et de niveaux d’exigence qu’il y en a en musique par exemple. Je crois que ce qui caractérise Krug réside dans le fait que nous soyons la seule Maison de Champagne à offrir une cuvée de prestige chaque année, édition après édition, selon le rêve de Joseph Krug, et ce depuis la fondation de la Maison.

Krug en Capitale III
Krug en Capitale III

Franck Demaury : Le plus beau compliment fait sur votre Champagne/ Maison ?
Olivier Krug - 
Mieux qu’un compliment, les fameuses « première fois avec Krug ». Pas une journée ne passe sans qu’au cours d’un de mes voyages, un amateur de Krug se précipite pour partager spontanément sa première fois. Si je devais la résumer par le mot le plus fréquemment utilisé, je dirais « waooh ».

Franck Demaury : Votre moment « luxe », ce serait quoi ?
Olivier Krug - 
Très clairement les moments que je passe, simplement, avec ma famille.

Franck Demaury : Qu’est ce qui est le plus important pour vous au quotidien ? Personnellement ? Professionnellement ?
Olivier Krug - 
Gérer mon enthousiasme pour préserver ma santé, accorder du temps à mes équipiers et bien sûr à ma famille.