Jusqu’au 31 octobre 2019, le Waldorf Astoria Versailles Trianon Palace propose un menu hommage au centenaire du Traité de Versailles au restaurant gastronomique Gordon Ramsay.

rea_275615_093_RomainGaillards_REA

Il y a 100 ans, le 28 juin 1919, le Traité de Versailles met fin à la Première Guerre Mondiale. Le Président du Conseil français George Clémenceau et le Président des Etats-Unis Thomas Woodrow Wilson sont accompagnés du Premier Ministre britannique et du Président du Conseil italien dans le salon Clemenceau Trianon Palace Versailles. Ensemble, dans ce lieu devenu historique, les hommes mettent fin à cette Première Guerre Mondiale. 

crédit photos @ Adeline Monnier
crédit photos @ Adeline Monnier

Installés dans cet écrin historique, Frédéric Larquemin, Chef exécutif de l’hôtel versaillais et son équipe, ont imaginé le Menu de la Paix pour le restaurant étoilé Gordon Ramsay. Servi jusqu’au 31 octobre 2019, celui-ci s’inspire du passé. De son voyage dans le temps et dans les documents officiels comme l’ouvrage The Epicurean de Charles Ranhofer, le guide historique d’Auguste Escoffier ou encore le menu des grands diners officiels de l’année 1918 et 1919.

trianon-palace-versailles-a-waldorf-astoria-bar-galerie

Si l’arrivée surprend les clients de par le prestige des lieux et ce long couloir menant au restaurant, le menu sera le point d’orgue d’un moment unique. Autour d’une table joliment décorée, l’expérience commence. Premier moment, les oeufs brouillés aux pointes d’asperges. Servis au déjeuner du 14 décembre 1918 à l’arrivée du Président Wilson à Paris, cette première dégustation est d’une délicatesse incroyable et vient conforter des propos tenus par le Président qui aurait dit « absolutely delicious and exquisite ».

rea_275615_029_RomainGaillards_REA

La seconde création rend hommage aux bouchées à la Reine et plus particulièrement à Marie Leszczynska. Femme du Roi Louis XV, elle fera découvrir à son mari, et grâce au maître de la Maison de France Vincent de la Chapelle, des plats dont le consommé à la Reine, le poulet à la Reine … Servie lors à l’ouverture officielle de la conférence de la Paix, le 20 janvier 1919, cette bouchée revient pour ce diner et propose une envolée gastronomique incroyable, succulente et savoureuse.

rea_275615_047_RomainGaillards_REA

Après la découverte d’un filet de sole à la Newburg, nous revenons sur les terres de Clemenceau. Lors de son retrait de la vie politique, l’homme passe les dix dernières années de sa vie dans sa longère face à la plage, à Saint-Vincent-sur-Gard. Son jardin, inspiré d’un tableau de son ami Claude Monet, lui permet de cultiver sa solitude mais aussi ses chardons bleus, ses iris, ses coquelicots et ses rosiers. Sa cuisinière, Marcelle Boulin, prépare pour l’homme son plat préféré : le poulet Soubisse, un met incroyable finement préparé pour ce menu par le Chef Larquemin et son équipe.

rea_275615_063_RomainGaillards_REA

Avant le grand saut sucré, le compagnon des tranchées vient ponctuer le moment. Durant la guerre, l’intendance envoie du gruyère aux poilus. Quand ce dernier vient à manquer, le cantal vient nourrir les combattants. En 1916, le fromage est en pénurie. Le camembert, alors connu en Normandie et à Paris, est choisi et envoyé par le Ministère de la Guerre. En 1918, plus d’un million de camemberts sont expédiés chaque mois pour maintenir le moral des troupes. Pour ce diner, ce fromage est servi avec un exquis Château Trianon 2012 pour en faire sortir tous les arômes.

rea_275615_075_RomainGaillards_REA

En conclusion de ce diner, le dessert nommé le « Mazarine flambée à l’eau de vie » vient ponctuer ce moment tout en faisant un rappel à l’histoire. Ce baba au rhum, originellement nommé Ali-Baba en souvenir du roman des « Milles et une nuits » est un gâteau arrosé de rhum et flambé à la manière d’un plam-pudding. Inventée par Stanislas Leczinski, Roi de Pologne et père de Marie Leszczynska, cette spécialité remise au goût du jour par le pâtissier Sthore, sera servie à l’ouverture officielle de la conférence de la Paix, le 20 janvier 1919.

Véritable plongeon dans les saveurs d’antan et dans l’histoire, ce menu signé par le Chef Frédéric Larquemin, le Chef pâtissier Eddie Benghame, et le Chef sommelier Frédéric Sénéchal est une belle invitation à vivre un moment gastronomique d’exception, le tout orchestré par le service de l’équipe Baudoin Arnould.

294€ / personne en accord mets & vins
199€ / personne sans accord vins

Sur réservation uniquement – 01 30 84 51 20

Pour réserver, cliquez ici