vertu constellation
Je filais sur une mer d’huile à 4 nœuds vers l’ile Moustique en vent arrière. Une rencontre organisée avec un producteur canadien devait assurer la production de ma prochaine comédie romantique, mais il manquait une muse à ce projet, une personnalité belle pour défendre mes rêves de passions, ces histoires que je partage avec le grand-public.

Le producteur s’est fait représenté. Une femme de quinze ans mon ainé, au charme piquant, à l’élégance rare, m’accueillit chaleureusement sur la terrasse au bout du jardin, face à la crique où j’avais mouillé l’ancre. Or, ce n’est pas sur moi que son regard se posa. Elle enviait mon Smartphone. Ce petit bijou précieux, plaisantais-je, c’est mon assistant, le dernier Vertu Constellation. Je pourrais le mettre au générique de mon prochain film d’ailleurs : Il ne me quitte jamais.

vertu constellation
Je connais, assura Mélinda. Equipé de technologie GSM, penta band WCDMA ; couverture HSDA. Le dos en cuir fin. Ici, chacun a le sien. Remarquez, ça doit vous être utile. Avec 32 GO vous avez de quoi visionner vos ruffs, non ? Mais je vous en prie. Parlez-moi de votre projet.
Après trois heures de discussions acharnées, à l’ombre d’un palmier, tout en sirotant des JessieJag, Melinda m’indiqua que Mr le producteur allait me recevoir, ce qu’il ne fit pas. Je montai seul vers la villa. Elle était fermée. Quand je redescendis sur la berge, mon bateau avait disparu. Soudain inquiet, je voulus appeler la police, mais dans ma veste, je n’avais plus mon Vertu. A la place, le portable de mon hôtesse. Je remontais en courant vers la maison quand un valet, sorti de nulle part, m’indiqua qu’un « taxi que j’avais commandé » m’attendait. Je reçus un message sur le portable de Mélinda. Si je voulais revoir mon bateau, je n’avais qu’à suivre ses instructions.

Le bateau taxi m’amena à l’aéroport de Saint-Vincent où un jet « que j’avais commandé » m’attendait. Je compris aussitôt : Mélinda avait pris contrôle du service Conciergerie de mon Vertu. Le taxi, le jet ! Cette constellation de services était signée. Elle pouvait commander ce qu’elle voulait du bout du doigt. Or, un seul appel de ma part et j’aurais mis fin à ses pérégrinations. Mais comment parvenait-elle à s’identifier sous mon profil ? Le jet décolla et dix minutes plus tard nous survolions le bateau à moyenne altitude. Ai-je mal vu ? Mélinda souriait en me saluant. En la voyant remonter l’archipel bleu azur vers le nord des caraïbes, la peur qu’elle ait volé mon bateau s’effaça.

vertu constellation
Nous avons atterri à Castrie, sur l’ile de Sainte-Lucie. Une voiture avec chauffeur m’attendait. Une valise remplie d’affaires, pour remplacer celles que je n’avais plus, était posée sur la banquette en cuir. Aussi vite et déjà sauvé ! Oui visiblement Mélinda connaissait l’assistance experte du Vertu Constellation. La voiture me conduisit sur la côte dans un hôtel incroyable. Dans la suite, une bouteille de blanc de blanc millésimé d’une grande marque m’attendait, Avec les compliments Berry Brothers and Rudd qui l’avait sélectionné. Qui êtes-vous « Mélinda ? » pianotai-je sur son mobile, tout en regrettant de ne pas avoir le même contact sensoriel avec l’écran en cristal de saphir du Vertu. Ma muse devançait chacune de mes envies. Elle répondit « bientôt, vous saurez ! »
Mélinda a navigué de nuit. Je guettais et les voiles du bateau ont fini par se dresser sur l’horizon. Quand elle a débarqué, avec un grand sourire elle a dit en pointant du doigt le Vertu : «  A ce jour, c’est cette touche d’aventure qui manque à votre scénario. Renforcez l’histoire d’amour aussi et nous la produirons. En gage de notre engagement, je vous offre d’ailleurs ce modèle de Vertu Constellation. J’ai bien compris que vous faisiez tout comme si le mien vous avait appartenu. »
Percé à jour, touché par son cadeau, j’ai levé mon verre en souriant : « A votre Vertu donc ».