reem robot

1 mètre 70, paré de blanc et doté de deux yeux ronds et noirs, il m’attend. Il m’attend pour une visite à travers un musée cher à mon cœur ; celui que l’on nomme « Le Nouvel Orsay ». Nous sommes le 15 février 2045, le monde a radicalement changé depuis mon enfance. Petit, je rêvais du futur, aujourd’hui, j’en fais parti.

Au shopping mall de la galaxie Asfrati, je remarque Edwards, un humanoïde de la société barcelonaise PAL ROBOTICS. Il reconnaît la voix, le visage d’une jeune fille vêtue d’une robe en dentelle blanche et coiffée de nattes violettes. Alors, son service débute. Il l’accompagne, porte ses emplettes, la dirige à travers ses boutiques préférées. Souvent, sous les néons colorés, ils s’arrêtent et discutent. Le robot informe l’humaine sur les conditions climatiques du territoire et les prochains vols à destination de la planète Terre. Elle le regarde, le remercie, touche l’écran tactile et programme leur prochaine rencontre. Puis, Edwards la salue avec une agilité saisissante. La demoiselle prend congé.

reem robot

reem robot

 

A l’aéroport de Moï-Na, Seeta un robot identique à Edwards accueille, oriente et informe les passagers. Autonome, il navigue librement à travers les halls. Souvent, lors de mes déplacements, je remarque un homme s’approchant et discutant avec le robot dernière génération.

- « Embarquement dans trois minutes pour Saturne Monsieur Wilson ! Téléportez-vous pour atteindre le pont d’envol ! » Dit-il à l’homme, toujours en retard et posant quotidiennement la même question. Le business man s’efface.

Seeta se tourne vers de nouveaux arrivants, puis continue son périple dans l’expectative d’une autre question.

Informe  sur
les conditions climatiques du territoire et les prochains vols

Au Healt Center sur la Galaxy Alson, un autre humanoïde dévoile une histoire à cette jeune fille en attente d’un soin dentaire. Olson, le produit conçu par le leader du développement d’humanoïdes, permet au médecin de communiquer avec son confrère. Il procède à une vidéo conférence aussi furtive qu’un voyage à travers notre espace intersidéral. Puis, Olson dialogue en plusieurs langues avec un adolescent, curieux et futur conquérant de l’espace. Comme moi, le jeune est un adepte de la haute technologie et des services robotisés.

L’heure est venue. Sur le balcon situé au sommet d’un building en verre, j’admire la formidable planète Bluewood. Environnement surprenant, de multiples nuances colorent les arbres, les animaux et les bâtiments. Mon engin spatial arrive. Je m’apprête à rejoindre Paris, le Nouvel Orsay et mon Pal Robotics appelé REEM.

A mon arrivée, il sera là, fidèle au poste. Il me regardera et s’éveillera lorsque je toucherai son écran, son cœur. La visite commencera…

Il me dira, « Monsieur Franck, bienvenue dans le monde d’hier et d’aujourd’hui ».