mueck

Artiste rare, Ron Mueck revient à la Fondation Cartier pour l’art contemporain jusqu’au 29 septembre. Huit ans après sa première exposition dans les mêmes lieux, l’homme présente 9 « sculptures » hyperréalistes.

L’artiste, la présision clinique

Fils de fabricants de jouets et de poupées de chiffons, Ron Mueck s’inspire-t-il de ce passé pour construire le présent et le futur ?
Seul, l’artiste travaille lentement dans son atelier londonien. À le voir œuvrer, l’homme à la chevelure grisonnante semble être en communion avec ses sculptures sans vie. Le silence régnant, il progresse paisiblement sur ses personnages. Son art : la figure humaine, réaliste à l’excès.

Scènes banales du quotidien, les personnages attirent l’œil, semblent plongés dans leurs pensées et invitent à l’exploration de leurs comportements et gestes. Bouleversantes, parfois inquiétantes de par la précision clinique des détails, les œuvres suggèrent un certain humanisme saisissant. Poils, plis, ongles taillés, cheveux, tout y est…

Après avoir parcouru le monde et ses plus impressionnants lieux d’exposition, l’Australien Mueck laisse ses lilliputiens et ses géants à la Fondation Cartier. Plongeon dans l’inquiétante réalité humaine.

mueck

Un regard, quatre oeuvres

Couple Under an umbrella.
Depuis le boulevard Raspail, un couple de personnes âgées se laisse entrevoir. Dénudés, sous un parasol démesuré, les personnages semblent être tirés d’une scène comique. Un duo amoureux, bouleversant de sincérité. Le contact des corps dégage une profonde intimité alors que les visages ne laissent paraître aucune émotion. Quels sont leurs sentiments ?

Woman with shopping.
Une mère faisant ses courses, porte son enfant contre sa poitrine. Un geste d’amour banal dont pourrait se dégager une tendresse singulière. Pourtant, la femme peine à porter ses sacs, cherchant un équilibre empêchant la moindre expression des sentiments.

Woman with sticks
Figure allégorique faisant appel à l’étrangeté, la sculpture évoque les efforts d’une femme – une sorcière peut-être – transportant un fagot de bois sec. Nu, son corps se heurte pourtant à la dureté des branches. Dégageant une sérénité déconcertante, la femme au dos courbé et aux pieds ancrés dans le sol, dégage une douceur incroyable. Est–ce un tour de notre esprit ?

Young Couple
Scène ordinaire de la vie sociale, un jeune couple laisse paraître, de par sa proximité, une sensibilité singulière. Pourtant, le manque d’expressions est sujet à une interprétation personnelle de ce moment. En se promenant autour des amoureux, la position de leurs mains invite à approfondir la réflexion sur leurs sentiments.

Impressions

S’inspirant des scènes du quotidien, rencontrées dans la rue ou dans les coupures presse, Ron Mueck donne très peu de texte à ses œuvres. Monumentales ou minuscules, elles invitent au travail de l’imagination et nous plongent dans un questionnement sur les gestes et leurs significations. Fantastique !

Pour conclure l’exposition, le film « Still Life » de Gautier Deblonde présente l’artiste dans son intimité. Dans la salle obscure, le film est un superbe plongeon dans l’Art de Mueck.