Fondateur de la marque CharriolPhilippe Charriol est à la fois un acteur incontournable dans l’univers du luxe et surtout un homme indépendant dans ce milieu souvent occupé par de grands groupes ! Rendez-vous avec un homme dynamique et ambitieux.

Philippe Charriol - Photo Charriol (1)
Philippe Charriol – Photo : Charriol

Votre personnalité

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Philippe Charriol, je suis méditerranéen né à Marseille. J’aime le soleil, les odeurs de Provence, la course automobile et l’architecture. J’aime aussi créer de beaux produits de luxe pour les femmes et les hommes de notre époque que je développe à l’international. Je voyage beaucoup et cela me fait sentir comme un vrai citoyen de ce monde.

Philippe Charriol - Photo Charriol (3)
Philippe Charriol – Photo : Charriol

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé ma carrière dans les vins fins puis en son temps les briquets et les montres CARTIER et enfin la création de ma marque éponyme Philippe Charriol puis en 2000 rebaptisée Charriol. C’est une marque d’horlogerie et de joaillerie qui comprend également  parfums, lunettes et maroquinerie. Le style unique de Charriol est symbolisé par la collection Celtic, une ligne de modèles caractérisés par son design de câbles d’or ou d’acier; un hommage à l’art Celte, première civilisation européenne. Charriol compte aujourd’hui 345 boutiques et 3800 points de ventes dans le monde; les bijoux sont fabriqués en Suisse et en Allemagne, tandis que les montres sont produites en Suisse.

Quels éléments ont motivé votre choix de travailler dans l’horlogerie ?

J’ai toujours été un grand passionné de l’horlogerie. Enfant, j’étais impressionné par l’élégance et le charisme dégagé par les hommes arborant de jolies montres à leur poignet. J’aime l’exigence de ce milieu, les avancées technologiques, le sens du détail.

Quelles qualités sont nécessaires pour être entrepreneur ?

Il faut être un visionnaire ! Réussir à se démarquer, être à l’écoute des tendances et des clients. Etre indépendant, un peu aventurier, et avoir une confiance inébranlable en soi. Ne pas avoir peur des échecs et avoir la plus grande des persévérances pour voir pousser ce que vous avez planté.

Il faut toujours être en veille, lorsque je voyage ou au gré des rencontres, je suis toujours en train de réfléchir à notre stratégie et nos ambitions futures. Et bien sûr, s’investir à 100%, ne pas compter ses heures et refléter les valeurs de sa société.

Philippe Charriol - Photo Charriol (2)
Philippe Charriol – Photo : Charriol

Charriol et vous ?

Comment est né le groupe Charriol ?

Lorsque j’ai quitté Cartier j’ai cherché l’idée originale que j’ai trouvée chez les Celtes en regardant une exposition de bijoux au British muséum. Nos montres allient le design d’un câble torsadé à une fabrication Suisse Made et se développe activement vers des modèles féminins, associés à des bijoux intemporels. Aujourd’hui, une gamme de parfums, de lunettes et de maroquinerie ont été ajoutés à l’offre d’horlogerie et de joaillerie.

Lunette Charriol - Photo Charriol

Quelles ont été les difficultés à vos débuts ? Comment les avez-vous surmontés ?

C’est un environnement très concurrentiel où il faut sans cesse se remettre en question. Se frayer un chemin n’est pas toujours chose aisé ! Mes anciennes connaissances ne m’ont pas aidé ils m’ont plutôt torpillé… Mais le monde est grand ! J’ai trouvé un axe pertinent et une qualité irréprochable pour séduire les clients et pérenniser les choses. J’ai rencontré un vif succès à Hong Kong et au Koweït exploitant le câble comme motif autour de tous les produits que je crée.

Qui sont vos concurrents ? Quelle est votre différence ?

J’ai développé un concept qui permet d’être tout seul dans mon créneau d’esthétique, mais en concurrence sur les tranches de prix avec Longines, Oméga, baume et Mercier.

Depuis 30 ans, grâce au design du câble, j’ai développé une ligne sur ce thème qui est devenu l’identité de la marque. Et chaque année je présente mes nouvelles collections lors du salon de Baselworld.

Ce qui fait notre valeur ajoutée est la qualité de nos pièces et matériaux, nos bijoux sont fabriqués en Suisse et en Allemagne et nos montres sont faites en Suisse. La différence c’est que je suis le créateur et le fondateur et que je suis toujours présent, à la tête de ma société et garant du bon gout et c’est important pour les clients qui me font confiance.

Montre St Tropez GlamMoon CHARRIOL - Photo Charriol
Photo : Charriol

Qui sont vos clients ? Comment vous assurez-vous de leur satisfaction ?

Mes clients sont surtout des clientes entre 20 et 45 ans à qui la marque offre des montres bijoux et des sacs exprimant une originalité toujours renouvelée. Je continue à créer de nouveaux produits de par le monde qui viennent renforcer le style CHARRIOL. Visionnaire, j’ai privilégié le développement en Asie dans les années 80. Nous sommes depuis très bien implantés là-bas, avec notamment 250 boutiques en nom propre proposant également du prêt à porter homme cuir et chaussures, et nous nous attelons ces dernières années au développement en Europe. Nous sommes aussi très présents au Moyen-Orient et aux Etats-Unis avec de très belles ouvertures cette année.

Quels sont vos objectifs pour le futur ?

Pour le futur, je construis patiemment un monde CHARRIOL très complet qui se présente actuellement dans les centaines de boutiques qui se trouvent dans le monde particulièrement en Asie. L’esprit maison se développe en Chine dans une ligne de vêtements et de chaussures homme. Mon objectif est d’étendre ce concept dans tous les pays.

Vous êtes l’un des rares entrepreneurs français encore indépendant dans ce milieu. Comment résiste-t-on dans ce domaine où les groupes rachètent pratiquement toutes les maisons de joaillerie / horlogerie ?

C’est vrai et j’en suis très fier ! J’aime mon indépendance et aussi pouvoir travailler en famille. Je suis épaulé par ma femme Marie-Olga Charriol qui gère à merveille les Relations Publiques pour la marque à l’international, ma fille ainée Coralie coordonne la collection de bijouterie, mon fils Alexandre veille à ce que la couleur prune que j’ai choisi d’associer à ma marque soit bien respectée dans le domaine des visuels. Ma fille cadette Laetitia a été mon inspiration pour une collection éponyme et commence ses premiers shooting professionnels pour la marque. Quant à moi, je garde la main sur l’horlogerie qui est la colonne vertébrale de Charriol. À ce jour, nous sommes une vraie affaire familiale.

Tout ceci nous permet de travailler en bonne intelligence et de toujours penser à notre intérêt commun : faire grandir la société CHARRIOL

Marie Olga Charriol - Photo Vlada Krassilnikova
Marie Olga Charriol – Photo : Vlada Krassilnikova

Le luxe, le digital et vous

Comment définiriez-vous le luxe ?

Le luxe est un état d’esprit. J’étais précurseur en Asie, et j’ai tenté d’apporter le côté luxe « à la française » avec une touche moderne et accessible. Le luxe se développe sous plusieurs formes, et est sans cesse en mouvement. La clientèle s’est beaucoup diversifiée et pour ne pas perdre le coche il faut rester à l’écoute des tendances de ce secteur. Mais pour moi le vrai luxe est celui dont vous rêvez !

Selon vous, l’approche du luxe est-elle différente selon le fait qu’on soit un homme et femme ?

Les hommes en général sont plus sélectifs ils aiment les avancées technologiques et se concentrent sur des gros jouets qui expriment leur puissance et leur réussite. Pour les femmes, elles sont plus à l’écoute des tendances et des nouveautés. Elles sont de grandes consommatrices de produits de luxe de la vie courante. Nous poursuivons notre développement tant pour les modèles masculins que féminins car nous avons une clientèle mixte exigeante et en attente de nouveautés.

CHARRIOL COLVMBVS CintrÇ Convexe Men Auto - Photo Charriol
Photo : Charriol

Quelle est votre opinion sur l’avenir du luxe ?

Aujourd’hui, le luxe est en pleine mutation avec l’arrivée des réseaux sociaux. Toutes les marques de luxe, même les plus récalcitrantes, ont investi les réseaux sociaux et cela devient un de leurs outils incontournables. Les défilés se passent sur snapchat, les inspirations sur instagram ou pinterest et les clients potentiels ont matière à comparer les communications à travers Facebook ou twitter par exemple.

Le luxe connait également des bouleversements en matière de développement durable, d’éthique et d’écologie. Ce sont des thématiques qui intéressent nos clients, et nous nous devons d’être une entreprise responsable pour les satisfaire et pérenniser notre stratégie.

On dit parfois que le luxe s’essouffle, je ne suis pas d’accord. Il faut juste être à l’écoute des tendances, du marché et des clients et sans cesse se renouveler sans perdre son ADN. Le luxe, pour tout le monde, a un avenir sans fin car nous voulons tous nous démarquer.

Quels sont les challenges principaux de Charriol, pour les années à venir, en terme de communication digitale ?

Chez Charriol, nous avons une vraie force digitale sur plusieurs supports. Nous essayons de mettre en avant nos nouveautés, de jouer sur l’humour parfois, d’établir un vrai lien avec nos abonnés. C’est à mon sens la proximité qui permet la fidélité dans cet environnement très concurrentiel.

Philippe Charriol - Photo Charriol (4)
Philippe Charriol – Photo : Charriol

Comment, le digital et la communication ont-ils évolué depuis vos débuts ?

La communication digitale est devenue incontournable ! Certains des acteurs du luxe avaient des réticences au début en pensant que cela allait rendre leurs marques trop accessibles. Cela est inévitable avec les réseaux sociaux qui ont rendu les marques beaucoup plus proches de leurs clients mais aussi des personnes intéressées par la marque et pas forcément clients. C’est le jeu ! Nous avons déjà depuis de nombreuses années accéléré notre présence sur les réseaux sociaux et de communiquer par ce biais.

Il convient également de s’adapter aux régions, pays où les langages et impacts des réseaux sociaux n’ont pas les mêmes tenants et aboutissants. 

Le luxe et le digital peuvent-ils cohabiter selon vous ?

C’est un des enjeux majeurs des prochaines décennies, et nous le vivons chaque jour : les clients sont très demandeurs et notre réputation se joue sur le digital maintenant. La plus grande révolution consiste à vendre sur les e shop. L’avenir est donc dans cette direction. Le luxe populaire va très bien cohabiter avec le digital mais selon moi le grand luxe jamais.

Ligne Laetitia pour homme - Photo Charriol
Ligne Laetitia pour homme – Photo : Charriol

Le luxe et vous

Quels sont vos moments luxe ?

Les petits moments du quotidien, un beau restaurant avec mon épouse, prendre le temps de faire les devoirs avec ma fille cadette, passer des week-ends de détente avec ma petite famille sont des moments du quotidien qui sont des luxes dans mon emploi du temps très chargé. J’aime le beau et les belles choses, je prends un grand soin dans le choix de mes tenues vestimentaires et je profite de mes différents voyages pour me faire plaisir.

Quelle est votre plus grande fierté personnelle ? Professionnelle ?

Je suis très fier de ce que j’ai construit personnellement et professionnellement Je suis marié depuis de nombreuses années avec mon épouse Marie-Olga qui me soutient au quotidien. Je suis également père de trois enfants que j’encourage dans leur passion réciproque.

Professionnellement, je suis très heureux de diriger CHARRIOL, cette marque que j’ai créée seul à la sueur de mon front il y a une trentaine d’années et qui reste une entreprise indépendante. Je suis fier de voir que ma société connait un beau succès, et que mes produits se développent chaque année dans de nouveaux pays. Un de mes plus grand plaisir est de croiser des hommes et des femmes qui portent mes créations.

Philippe Charriol - Photo Charriol (5)
Philippe Charriol – Photo : Charriol