Fondateur de sa marque éponyme, Nicolas Theil est un créateur de génie, au parcours atypique et au talent certain. Luxurydesign a rencontré ce jeune artiste et artisan, devenu acteur de luxe grâce à son savoir-faire mais aussi à sa ténacité. À l’occasion du lancement de sa nouvelle collection et après la première saison de nos « Rendez-vous avec un acteur du luxe », voici la nouvelle série. Nicolas ouvre le bal, son coeur et dévoile son talent …

nicolas-theil-marque-1

Votre personnalité

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis un créateur parisien de sacs et de bijoux, passionné de nature, de matériaux, de construction et de reconstruction. Je respecte et me réjouis de tous ce que l’univers nous offre aussi bien matériellement qu’immatériellement.

Quel est votre parcours ?

Apres avoir grandi en Seine et Marne et avoir eu mon baccalauréat à Tokyo – où j’ai passé quelques années – j’ai commencé des études d’ingénieur puis un BTS design de Mode à Paris, suivi d’une licence professionnelle accessoires à l’école Duperré. Par la suite, j’intègre les équipes de la Maison Jean Paul Gaultier Couture pendant 4 ans, et pour finir, je fonde ma propre Maison d’accessoires à Paris en 2012 sous le nom Nicolas Theil Paris.

nicolas-theil-ss16-bee-bag-blue-netlamb-04

Quels éléments ont motivé votre choix de travailler dans la maroquinerie et les accessoires ?

Lors de mes études d’ingénieur, j’ai découvert ma passion pour la mode, l’art et la construction créative et pas seulement la création mécanique. Je souhaitais être designer automobile mais les contraintes formelles de l’industrie mécanique n’offraient pas les possibilités et le renouveau constant qui existe dans le milieu de la mode. Etre en action est dans mon caractère, et la mode – et encore plus la maroquinerie qui se détache un peu plus du corps et se rapproche du design- est le jardin d’expression le plus en mouvement de notre époque.

Quelles qualités sont nécessaires pour créer son entreprise ?

De la confiance en son projet, de la persévérance et un sens de l’organisation et du travail constant. Il faut bien distinguer le créateur d’entreprise et le créateur de mode, deux métiers en contradiction pour l’esprit.

Selon vous, existe-il un trait de caractère nécessaire ou un profil type pour réussir cet objectif ?

Je ne pense pas non, chaque parcours est différent. Vos relations, vos proches, le contexte et le timing font partie intégrante de cette réussite. Mais la détermination et le gout du travail sont, je pense, des éléments inhérents à la réussite de chaque projet.

Vos conseils pour réussir sa vie professionnelle ?

Sans cesse se renouveler, se dépasser, anticiper et surtout ne jamais cesser de se faire plaisir.

nicolas-theil-ss2016

Nicolas Theil (la marque) et vous ?

C’est une histoire d’amour. Je la chéris et je lui donne de mon temps…

Plus sérieusement, c’est très prenant d’avoir sa propre marque. Il y a toujours quelque chose à faire et des imprévus à gérer, mais mon entreprise est comme un enfant dont je prends soin et que j’essaye de faire grandir au mieux.

En quelques mots, pourriez-vous définir la marque Nicolas Theil ?

La marque réinterprète et joue avec des codes de maroquinerie classiques et futuristes à la fois, le tout inspiré par la nature, ses formes, ses contraintes, ses matières, ses textures et les fonctions ou équipement humains induits par celles-ci afin de l’appréhender différemment.

Quels éléments vous ont poussé à fonder Nicolas Theil ?

Fonder une marque a toujours été un désir profond. Surprendre, étonner ou réconforter à travers la création d’objets est très rassurant, du moins j’en ai toujours eu envie. Stimuler la curiosité et le plaisir de ceux qui portent mes modèles et modéliser l’imaginaire.

NICOLAS-THEIL-FW-14-15

nicolas-theil-fw1617-hexane-backpack-beige-05

Comment l’entreprise s’est-elle construite ? Combien de temps avez-vous mis pour la créer ? Comment ce projet a-t-il pu se concrétiser (fond personnel, confiance des banques ?…) ?

L’entreprise s’est créée petit à petit après 2 ans d’auto-entrepreneuriat puis un statut SARL. Elle s’est basée principalement sur des fonds propres ainsi que l’aide d’un partenaire financier minoritaire.

Comment avez-vous créé votre première collection ? (Thème, durée de création, nombre de modèles, choix des matières et des fournisseurs)

La première collection intitulée « Gaïa, Ecorce minérale » fut inspirée par ce qui m’effrayait le plus à cette époque : la vision d’une nature qui se dégrade. Une question générationnelle à travers une collection qui comprenait 46 modèles que j’avais réalisé sur une période de 9 mois (fournisseurs parisiens et Italiens) comprenant des bijoux, sacs et quelques accessoires. Les matières étaient très différentes de ce que j’ai fait par la suite. A savoir que je n’avais utilisé que des peaux tannées chimiquement et non de façon végétale naturelle et non polluante. Une erreur de débutant qui m’a permis d’évoluer. Certaines pochettes réutilisaient les chutes des cuirs afin de sensibiliser au gaspillage et leur structure même était faite d’emballages issus de la grande consommation. Toute cette pollution dans l’eau et la nature m’avait tant irrité que j’ai ramassé des déchets sur la plage divers et variés pour en prélever la preuve, les réintégrer dans mes créations et pouvoir témoigner de mon mécontentement. Le bracelet pomme, une de mes pièces iconiques, en est le parfait exemple.

nicolas-theil-fw1617-bracelet-pomme-galuchat-vert-silver-01 - Copie

 

nicolas-theil joaillerie

Qui sont vos concurrents ? Quelle est votre différence ?

Mes concurrents sont nombreux mais je ne me soucie pas d’eux car j’ai l’impression qu’aucun ne fait ce que je fais comme je le fais. Ma vision s’articule autour de problèmes et je fournis des solutions, de plus mon savoir-faire mélange plusieurs corps de métiers, alliant notamment la technologie de création 3D au cuir.

nicolas-theil-fw1617-wolf-backpack-python-jaune-05

Quels ont été les défis majeurs depuis la création de l’entreprise ?

Il a fallu faire preuve d’anticipation, bien gérer ses dépenses, faire des concessions, s’apprendre à, s’exporter intelligemment et savoir communiquer.

nicolas-theil sac

Qui sont vos clients ? Comment vous assurez-vous de leur satisfaction ?

Mes clients, femmes et hommes, sont des gens actifs, entre 20 et 60 ans, curieux, passionnés et je l’espère secrètement envoûtés par mes créations.

A travers un renouveau, une histoire, des réinterprétations des modèles qu’ils apprécient, un contact régulier tant que possible et également un service après-vente disponible si besoin.

Combien de modèles et de collections avez-vous développé depuis la création de Nicolas Theil ?

12 collections et plus de trois cent modèles différents ont été développés.

Quels sont vos objectifs pour le futur ?

Faire de ma 13ème collection un succès qui soit aussi exponentiel que les précédentes.

Si un jeune vous informe de sa volonté de suivre votre chemin et de créer son entreprise dans cet univers, quels conseils pourriez-vous lui donner ?

Je le féliciterais et l’encouragerais à suivre ses envies et à vivre sa passion. Je lui dirais de ne rien lâcher.

nicolas-theil-ss16-hive-egg-stingray-01

Le luxe, le digital et vous

Comment définiriez-vous le luxe ?

Pour moi le luxe est le résultat de la recherche et du travail, appliqué à quelque chose d’indispensable et superflu à la fois.

Peut-on associer luxe et maroquinerie ?

Comme chaque produit, cela dépend des matériaux utilisés, du temps passé dessus, des techniques d’innovation, du relationnel avant, pendant et après les ventes avec les clients et bien entendu de la notion de prix.

nicolas-theil-ss-17-intro-001
Nicolas Theil – Saison 2017

Quelle est votre opinion sur l’avenir du luxe et de la mode/ maroquinerie ?

C’est une question complexe, la mode et le luxe en France ne cesseront jamais d’exister, je pense néanmoins que le marché devra s’adapter à l’évolution de notre planète et à son écologie. Par exemple, certains élevages devront disparaître afin de passer à des matières synthétiques. L’impression 3D pourra – peut-être – nous fournir cela…

Quels sont les challenges principaux de Nicolas Theil, pour les années à venir, en terme de communication digitale ?

La communication digitale a toujours fait partie intégrante de mon approche avec mes clients et avec la presse, alors j’imagine que ce sera encore plus de communication vers le digital et les influenceurs, des vidéos, photos et mises en scènes des collections spécialement crées pour le digital. Mon e-shop représente encore une petite part de mes ventes, mais cela évolue bien donc je travaille sur l’idée de le faire évoluer et de le rendre plus interactif afin de séduire de plus en plus de nouveaux clients avec ce site.

nicolas-theil photoshoot

Comment le digital et la communication ont-ils évolué depuis vos débuts ?

Le digital a commencé aux débuts des années 2000, son expansion a été très rapide et nous sommes tous, en tant que clients, consommateurs, et sociétés poussés à nous digitaliser et acheter dématérialisé.

Pour optimiser cette nouvelle forme de communication et la rendre intéressante sur le long terme il faut faire les bons choix afin d’être présent à tous les niveaux dans cette culture qu’est le digital.

Le luxe et le digital peuvent-ils cohabiter selon vous ?

Je pense que entrer dans le digital c’est comme sortir du nucléaire. Ce n’est pas une question, cela arrive tout simplement telle une évidence, y compris pour le luxe.  Ceux qui ne le font pas seront petit à petit dépassés. Plus de 50% des achats en général se font sur smartphone ou tablette aujourd’hui. L’individu est devenu un communicant et le luxe a su s’adapter très vite, donc oui les deux univers peuvent cohabiter, il faut, comme pour tout, laisser le temps de s’adapter.

Le luxe et vous

Quels sont vos moments luxe ?

Etre pieds nus dans l’herbe ou sur du sable très fin avec un sentiment de liberté est pour moi le plus grand luxe qui puisse etre.

J’apprécie l’odeur de la nature à la campagne et quand je suis en ville j’aime retrouver les odeurs naturelles avec les bougies de la maison diptyque dont je suis un grand fan.

Quelle est votre plus grande fierté personnelle ? Professionnelle ?

Ma famille est ma fierté personnelle et je suis professionnellement fier de pouvoir exercer un métier qui me passionne toujours autant.

nicolas-theil-fw1718-eclipse-grey-beige-shoulderbag-silver-chain-02 nicolas-theil-fw1718-space-cruise-sac-coco-cabas-grey-wool-brown-crocodile-03 nicolas-theil-fw1718-space-cruise-pochette-isis-06 nicolas-theil-fw1718-space-cruise-pochette-isis-01