Loft75

Quand j’étais enfant, j’entendais mon père et ses amis parlant de ces nouveaux bâtiments, de ces célèbres personnages et de cette discipline appelée « Architecture ». Foster, Frank Lloyd Wright, Gehry, Ming Pei marquèrent ces moments heureux. La dimension humaine avait une importance prépondérante dans les projets et l’architecture trouvait à cette époque une place particulière dans mon esprit. Une définition précise décrivait cette matière comme une conception technique à laquelle l’homme intégrait les notions environnementales, sociales et d’esthétismes. Et puis, mon père est parti. Je suis devenu reporter, un architecte, un bâtisseur de rêves, celui qui dévoile des histoires pour transformer un instant d’une vie en un moment intense.

Je suis descendu à Paris. La capitale et ses belles façades, les lumières et leurs mystères, Paris et sa frénésie m’ont emmené à rencontrer diverses personnes, des âmes dotées d’une immense générosité mais également des poètes et des architectes. C’est au cours d’un dîner que j’ai rencontré deux personnes habitées d’une sensibilité artistique, d’une beauté et d’une intelligence certaine. Nous avons échangé lors de cette soirée et ces moments me rappelèrent les grandes journées de mon père. L’architecture dessinait de nouveaux rêves dans ma tête et les symboles souvent oubliés de cet art retrouvaient une place dans les réalisations de cette compagnie appelée « Loft 75 ».

Loft75

Loft75


Quelques jours se sont écoulés. J’ai marché à travers Paris. L’espoir de retrouver la sincérité dans de sublimes projets m’emmena jusqu’à Saint-Louis. Deux hommes, deux associés, Matthieu Lehmann et Mario Salgado m’accueillirent au pied de ce grand patrimoine classé. Paris dévoilait un nouvel aspect. Le bâtiment me laissait apercevoir ses plaies. Le passé venait d’être révélé au grand jour par ces deux penseurs. Les grandes idées pour le futur appartement apparurent dans mon imagination grâce aux mots de l’architecte. Le détail qui me frappa toutefois fut la volonté de garantir la pérennité du patrimoine sur lequel un long travail allait s’effectuer. Je les écoutais m’expliquer les grandes lignes de ce nouveau projet destiné à une cliente attachée à la qualité, à la sensibilité et à la haute efficacité de ces deux bâtisseurs de rêves.

L’architecture venait de retrouver à mes yeux tout son sens, celui que les grands hommes de mon enfance me racontaient. Et puis, nous avons déjeuné. Les concepts et autres photos des différents appartements défilèrent sous mon regard attentif. Les esquisses des nombreux projets me laissèrent imaginer les futurs propriétaires de ces lieux fantastiques. Parfois épurées et occasionnellement décorées dans un style passé, les diverses études et autres réalisations me présentèrent la richesse de ces associés. Parce que l’architecture ne fait guère dans la démesure, parce que l’art de concevoir un projet passe d’abord par l’écoute des besoins, je venais de renouer avec mon passé, ma passion et les fondements de la conception. Loft 75 venait de faire naître en moi une belle émotion. L’architecture avait encore quelques grands hommes habités par une envie de faire de ce qu’on appelle « habitation », un lieu où le luxe s’exprime par la beauté des matières, l’expertise et la culture de ces professionnels et par l’écoute des besoins des futurs habitants.