Felipe Pantone est un artiste en vogue mais discret ! Rien ne filtre sur lui, même son visage et pourtant … Pourtant, son talent est remarqué par les plus grands noms, par les curieux, par les amateurs de street art, par les passionnés d’art d’une plus large façon.

Hennessy_VS_Edition_limite_Felipe_Pantone

Né en 1986, Pantone est davantage attiré par l’image que par les jeux ! Son hobby ? Redessiner des logos électrifiés des groupes de heavy metal des années 1980 aux personnages pixelisés des jeux vidéo Mortal Kombat. Il s’auto-proclame « l’enfant de l’internet » et fera à l’âge de 12 ans son premier graffiti.

Elevé dans la ville d’Alicante, l’artiste se passionne pour les murs de la ville ! Non pas pour leur esthétique mais pour la transformation graphique qu’il peut leurs apporter ! Avec un style avant-gardiste saisissant, Pantone se révèle sous le nom de Pant1 avant de parcourir le monde avec des équipes comme D.O.C.S et plus tard, UltraBoyz.

Felipe-Pantone-Courtesy-of-Kolly-Gallery

Ses parents veulent de lui qu’il obtienne un diplôme. A l’école des beaux-arts de Valence, il se passionne pour l’histoire de l’art. Alors qu’il étudie des siècles de percées artistiques, de nouvelles ambitions commencent à s’éveiller chez lui. « La chose la plus importante que j’ai apprise est que, dans l’art, votre contribution est la seule chose qui compte… l’innovation ».

Dans un monde artistique changeant, Pantone se tourne vers des projets plus de « street art », en produisant des jeux de mots insolents et en détournant des logos de marques. 

Pourtant, c’est bien son graffiti, qui avait pris des proportions flamboyantes, colorées et en 3D, sur Instagram. Il raconte d’ailleurs « Vers 2010, j’ai commencé à prendre conscience des raisons pour lesquelles mes graffitis étaient devenus si bruyants ». Se basant sur les paroles d’un célèbre photographe qui a théorisé que plus d’images sont maintenant générées que la société peut en consommer, Pantone réalise que les techniques d’accroche qu’il développait étaient en fait des adaptations pour faire face à la concurrence dans les environnements urbains saturés et numériques d’aujourd’hui. Il raconte d’ailleurs « Ici, je m’étais forcé à essayer d’être un artiste avec ces projets artistiques fous, mais j’ai réalisé que ce que je faisais avec le graffiti en disait beaucoup plus sur ma vie et la façon dont je vois la vie aujourd’hui dans le monde ».

https---hypebeast.com-image-2018-05-felipe-pantone-ultradynamic-1994-chevrolet-corvette-01

En 2012, il devient assistant du légendaire graffeur Seen avant de mettre en oeuvre ses réflexions sur l’art dans son Manifeste Ultradynamique. Décrivant « le graffiti, dans son omniprésence, sa rapidité et son caractère éphémère, comme une pure incarnation de l’ère cybernétique », Pantone canalise cette même énergie dans des œuvres abstraites de formes et de couleurs. Il s’inspire des des créations des artistes cinétiques et optiques des années 60 et de l’imagerie de la culture pop et cybernétique de son enfance, pour créer « des pièces qui incarnent littéralement le dynamisme, la transformation, le mouvement et l’ubiquité ».

En 2014, Pantone créé 15 expositions individuelles dans 13 pays. Ses œuvres sont acquises par de prestigieux musées et commandées pour recouvrir des ponts et des immeubles.

Aujourd’hui, dans son studio de Valence, Pantone marie sa maîtrise de la peinture au pistolet et sa facilité avec un logiciel de modélisation informatique pour infuser des toiles, des murales imposantes, des sculptures et même des corvettes avec des visuels en 3D et des effets moirés désorientants.

Galerie Danysz - 2018
Galerie Danysz – 2018

En mai 2018, dans la révolutionnaire exposition Beyond the Streets, Felipe Pantone étonne ! L’artiste y présente une Corvette C4 de 1994. Avec une  surface à la teinte métallique irisée reflétant la lumière dans des tons hypnotiques, semblables à ceux de l’arc-en-ciel, sa carrosserie à moitié enveloppée de pixels noirs, blancs et gris, comme s’il s’agissait d’une illusion numérique qui commençait à s’envoler dans l’éther, la voiture transformée par Pantone était devenue une œuvre d’art cinétique à 270 km/h. Baptisée Ultradynamic, cette œuvre fascinante semblait capturer l’essence de toute l’exposition. Cette oeuvre marque l’arrivée d’un artiste dont l’approche créative est fondamentalement ancrée dans la modernité et l’ère de l’information – une ère définie par le désir de saisir la vitesse à laquelle le monde tourne.

L’un des derniers exploits de Pantone est sa collaboration avec Hennessy. Si depuis 9 ans la maison de Cognac Hennessy collabore avec des Street Artists pour donner une identité nouvelle à sa Very Special Edition Limitée, l’année 2019 aura réservé le privilège à l’artiste argentine-espagnol de livrer une vision moderne de cette édition limitée.

Hennessy_VS_Edition_limite_Felipe_Pantone-5

La bouteille est disponible au sein de la boutique des Visites Hennessy à Cognac et chez les cavistes partenaires au prix de vente conseillé de 35 euros.

Labus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.