maison dupin

Elle avait ce projet en tête depuis tant d’années. Elle a cherché, dessiné et s’est aperçue qu’elle n’avait aucun talent en architecture. Esquisser un intérieur à son goût et reflétant sa personnalité ne fut guère une chose aisée et pour elle, la maison Dupin a donné son meilleur.

La maison Dupin a fait des miracles

Elle s’est assise dans cette maison d’architecture intérieure. Il y a avait cette douceur, m’a-t-elle confiée. Celle que l’on ressent dans les grandes maisons de luxe et de style. Et puis, elle s’est installée au milieu des ces tissus, tapisseries, tapis et autres mobiliers resplendissants que la plus ancienne maison de décoration de Genève a pu dessiner ces dernières années.

C’est l’un de ses contacts prestigieux et renommés qui lui a conseillé d’aller dans cet endroit. Lui indiquant qu’elle aurait à sa portée l’écoute attentive d’un architecte et le savoir-faire de 80 personnes issues de divers métiers, cette amie n’a guère hésité. Elle est partie à Genève et a confié ses rêves.

maison dupin
L’homme, Monsieur Luthy l’a écouté. Il lui a aussi présenté des croquis et l’a emmené dans son écrin secret, une cave de bois. Les odeurs et la beauté de ceux-ci l’ont envoûté. Avec passion, il lui a expliqué l’origine de ces espèces qu’il a jalousement gardé secrètes.

Elle a été charmée, m’a-t-elle avoué. Et puis, le délai de réalisation fut un record. En charge des travaux, la maison Dupin a fait des miracles. Tissus, moquettes et autres mobiliers furent dessinés et réalisés à souhait. La grande table ovale en bois précieux de son mari s’est installée dans un bureau qui pourrait rendre n’importe quel président jaloux. Pourquoi, pourriez-vous me demander ? Elle me dévoila que certains murs comportaient un procédé révolutionnaire. Elle fut elle-même surprise en découvrant cette mappemonde gravée dans du bois précieux libérant une lumière douce et fantastique.
En entrant dans sa demeure originale, son sentiment de découverte est devenu grandissant. Sa cuisine venait de trouver un style moderne, voir presque futuriste. Son salon s’habillait de meubles qu’elle avait patiemment dessinés. Les tissus, moquettes et autres tapis reflétaient un long travail issu d’un savoir-faire certain et d’une envie de satisfaction de la Maison Dupin. Quant à la chambre, que dire ? Sublime ne serait guère le mot adéquat. Je crois qu’exceptionnel pourrait convenir d’après ce que j’ai pu ressentir en voyant ses yeux pétillants. Elle avait rêvé de cette suite onctueuse, parfaite et discrète. Elle a eu la douceur du bois, l’originalité d’un tapis dessiné en fonction de sa vie et des aménagements uniques qu’elle a pris soin de composer avec l’équipe de créateurs de la maison Dupin.

Je crois que son souvenir le plus marquant fut ce moment où les enfants devinrent des princesses et des pirates. Les chambres étaient devenues des lieux d’aventures et de rêves.

Et ce rêve, c’est exactement là où nous emmène le talent des 80 bâtisseurs de rêves.