C’est un créateur, un business man dédié à l’excellence et à l’exclusif. On l’appelle King mais Christopher R. King est au-delà du roi. Il met la main à l’oeuvre pour faire de ses envies des réalités. A l’occasion du lancement de sa collection de sacs en édition ultra limitée, disponibles dans les plus beaux endroits du monde, Christopher R. King nous parle son parcours et de son entreprise CCCXXXIII.

CRK_CCCXXXIII_2

Votre personnalité

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis un self-made man*. J’ai créé ma fortune grâce à un travail acharné, au dévouement et à la conviction qu’il y avait quelque chose de mieux là-bas. Au début, j’ai commencé avec de petites entreprises, puis plus tard, j’ai continué dans l’immobilier. Lorsque cette industrie a évolué, j’ai changé de voie. J’ai eu beaucoup de succès en tant qu’investisseur, mais je ne me sentais pas accompli. J’ai décidé de suivre ma passion et de commencer à investir sur moi-même. J’ai dû sortir de ma zone de confort et travailler pour atteindre mon rêve, ma vraie passion. Je crois que je suis né pour « créer ». Tout cela m’a poussé à fonder ma première société de vins et enfin, ma propre maison de luxe dédiée aux éditions limitées, CCCXXXIII.

CRK_CCCXXXIII_4

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos réalisations ?

Les réalisations ne sont, pour moi, qu’une partie du processus. Bien sûr, j’ai atteint des objectifs, vendu des entreprises, etc. Cependant, je pense que ma définition de « réalisation » est différente de celle des autres. Pour moi, pouvoir éliminer tous les obstacles et suivre ma véritable passion est l’une des plus grandes réussites de ma vie. Je vis la vie dont j’ai toujours rêvé. Pouvoir concevoir, collaborer et créer des œuvres d’art fonctionnelles à travers ma société CCCXXXIII, et même un jour faire du vin, c’est une vraie réussite.

CRK_CCCXXXIII_8

Quelles ont été les plus grandes difficultés de votre carrière ?

La plus grande difficulté pour moi a été de ne pas avoir de mentors autour de moi pour me montrer le chemin. Je pense qu’au début, j’ai senti que je devais prouver que je pouvais le faire seul. Je l’ai fait, mais j’ai appris les choses à la dure. J’ai l’impression d’avoir perdu beaucoup de moi-même en cours de route. Personne ne fait les choses en étant seul. Ceux qui affirment ça, mentent. Une fois que j’ai abandonné mon ego et que j’ai commencé à chercher des mentors et des personnes « partageant les mêmes idées », tout a changé. J’aurais seulement aimé le savoir quand j’ai commencé ma carrière à 18 ans.

Quel est votre travail quotidien ?

Je suis un père célibataire. J’ai envie de créer un héritage pour mes enfants. Chez CCCXXXIII, je cherche constamment à perfectionner les designs, à créer de nouvelles idées et de nouveaux projets.

Puisque mon travail inclut des voyages à l’international, je peux être en Italie un jour pour travailler avec mon équipe sur mes dernières idées et dans ma maison à Beverly Hills le jour suivant pour déployer la prochaine collection. Je supervise tous les détails de l’entreprise, en particulier les conceptions et le marketing.

Quand je ne travaille pas, je profite de mon temps avec mes deux fils. Être avec eux est l’une de mes plus grandes joies. Plus tard, je les impliquerai souvent dans le processus créatif. Je pense qu’il est important de les intégrer dans le voyage de leur père. Ils aiment quand nous sortons les crayons et dessinons de nouvelles idées. Ils m’inspirent.

CRK_CCCXXXIII_14

Selon vous, quelles sont les compétences requises pour être designer et directeur créatif ?

Passion, passion et plus de passion.

Qu’est-ce qui vous a motivé à devenir Designer ?

J’ai toujours aimé l’art et le design. Enfant, c’était ma source d’évasion. Quand la plupart des enfants jouaient avec des jouets, j’étais dans ma chambre à peindre ou à dessiner les idées que j’avais en tête. Je démontais même la télévision et la remontais avec pour objectif de l’améliorer. En tant que consommateur d’articles de luxe, j’ai toujours passé du temps avec les créateurs et les concepteurs. J’ai toujours été passionné sur le processus de création, sur la façon dont l’objet peut être développé afin d’en améliorer la fonction. Je suis constamment inspiré par le fait de parcourir le monde, de marcher à travers les bâtiments historiques, les musées et les galeries tout en étant intrigué par la qualité et l’artisanat qui ont été mis dans ces œuvres d’art.

Mais ce n’est que lorsque j’ai reçu la dernière impulsion d’un de mes chers amis, Rob Dyrdek, que j’ai finalement franchi cette étape. Il m’a dit: « Vous devez le faire, vous êtes un fondateur du luxe, créatif, né pour cela ».

Ce moment-là a déclenché un sentiment que je n’avais jamais ressenti auparavant et j’ai décidé de ne jamais regarder en arrière. Il n’y a pas de plus grand sentiment dans le monde que de faire ce que je fais maintenant.

CRK_CCCXXXIII_1

Quel genre de «patron» êtes-vous ?

Directif et exigeant, mais toujours respectueux et compatissant. Mon équipe est comme une famille élargie et je passe beaucoup de temps avec eux.

Qu’attendez-vous des personnes qui travaillent avec vous ?

J’attends à ce qu’ils travaillent aussi dur, sinon plus que moi. J’ai aussi envie qu’ils croient en ce qu’ils font. Je m’attends à ce que l’éthique du travail, la passion, la vision et l’attitude soient toujours au rendez-vous. Le plus important  est leur énergie ! Avec la bonne énergie et une attitude positive, vous pouvez accomplir n’importe quoi.

Pour y arriver, quelles ont été les principales difficultés que vous avez dû surmonter ?

Faire des affaires à l’étranger – communication et calendrier. J’ai tendance à travailler à un rythme très rapide, ce que mes amis et collègues appellent «King Speed». Donc, une difficulté majeure était d’apprendre la patience à travers le processus de création dans ce milieu du luxe.

Quelles sont vos méthodes de travail avec votre équipe ?

Générer un plan et établir un objectif final et commencer en ayant déjà la fin en tête. La personne qui sait exactement ce qu’elle veut dans les affaires et dans la vie obtiendra toujours ce qu’elle veut. Une entreprise aura du mal à déplacer l’aiguille si elle n’a pas un plan clair pour les différentes étapes de son cycle de vie. Il y a un vieux dicton: « les gens n’ont pas l’intention d’échouer; ils échouent à planifier ». Je crois que c’est vrai et que c’est la même chose dans les affaires. J’ai toujours eu un plan. Quelqu’un m’a dit une fois qu’il valait mieux prendre une décision et se tromper que de ne jamais prendre de décision. C’est une direction générale qui vous donne une idée de comment et quand vous adapter au changement et quels seront vos objectifs.

CRK_CCCXXXIII_6

CCCXXXIII

Pouvez-vous nous dire ce qu’est CCCXXXIII ? Comment votre histoire avec CCCXXXIII a-t-elle commencé ?

CCCXXXIII crée les œuvres d’art les plus extraordinaires et les plus fonctionnelles au monde. C’est un dévouement aux traditions et à l’artisanat. Mon entreprise introduit une innovation révolutionnaire dans le design au service de ma passion extrême pour le détail. C’est une promesse d’une exclusivité limitée à seulement 333 pièces pour chaque collection. Seulement 333 pièces seront produites dans chaque collection, que nous publierons dans trois niveaux : 300 dans la première, 30 dans la seconde, et seulement 3 rares dans la troisième.

C’est un engagement inébranlable envers la qualité et la perfection. Ma mission est de rectifier et redéfinir le monde du luxe autrefois apprécié par l’aristocratie des siècles passés.

J’ai voulu créer le sac parfait pour moi-même. Après avoir acheté plus de 100 mallettes, sacs et mallettes de luxe, j’étais frustré de ne pouvoir trouver quelque chose qui réponde à tous mes besoins. Je voulais quelque chose qui soit à la fois une déclaration mais qui soit fonctionnel pour voyager. C’est ainsi que tout a commencé. Une fois que j’ai commencé à partager ma vision avec quelques amis, ils ont commencé à m’en demander un. Tout a commencé ainsi.

Qui sont vos concurrents ? Quelles sont les principales différences entre eux et vous ?

Je ne crois pas qu’il y en ait, nous faisons quelque chose de très unique.

Quelles ont été les plus grandes difficultés lors de votre projet CCCXXXIII ?

Mon attention aux détails, tout le monde ne peut pas remarquer les subtilités imaginées dans nos produits. Tout doit être parfait.

Qui sont vos clients ? Qu’attendent-ils ?

Le client CCCXXXIII est un connaisseur de luxe très expérimenté, couronné de succès et expérimenté. Est-ce un magnat de soi, une célébrité, un politicien de haut niveau, un exécutif de très haut niveau ou un aristocrate ? Ils sont dans le business et provoque leur réussite. Le client CCCXXXIII est une personne ouverte au monde et en déplacement permanent, qui sait ce qu’elle veut et qui exige le meilleur, car elle l’a mérité.

CRK_CCCXXXIII_18

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ?

Concevoir une variété d’objets de collection et fonctionnels. Je suis un grand collectionneur de cigares et j’ai les plus rares au monde. Je construis également une incroyable collection de single malts écossais et de cognacs rares. Je suis toujours très passionné par le vin et la vinification. Je suis impatient de collaborer avec des marques automobiles, des maisons d’horlogerie et avec l’aviation. J’adore le caviar et je pense que c’est un domaine qui a quelques opportunités. Pour moi, je garde toutes les options ouvertes. Mais je sais toujours quand le moment est venu.

Quelles sont vos plus grandes fiertés ?

Créer CCCXXXIII et être père !

CRK_CCCXXXIII_9

La collection CCCXXXIII, de la rareté en édition limitée

Le précieux, Julian – Limité à 300 exemplaires – Prix : US $9,750

Fabriqué à la main à partir du cuir le plus fin, le Julian est un attaché-case sécurisé par des fermetures de pièces de monnaie magnétiques trempées dans de l’or pur.

D’une largeur de 43 cm, l’étui est doublé de daim de qualité supérieure. Il comporte des compartiments pour ordinateur portable et tablette. Trois grandes poches intérieures et un porte-plume sur le devant de l’étui accompagnent deux grands compartiments zippés, chacun doublé en daim de qualité supérieure et destiné vos objets de valeur.

Le Julian est réalisé en seulement trois cents exemplaires.

CRK_CCCXXXIII_15
Julian – Leather Attaché – Limited To 300 – US $9,750

L’élégant Constantine – Prix : US $35,000

Fabriqué à la main, en Italie, à partir de la meilleure autruche d’Afrique du Sud et les peaux les plus recherchées pour son motif texturé parfaitement équilibré, le sac Constantine a été créé avec un design sans couture.

Le modèle Constantine est réalisé en seulement trente exemplaires.

Constantine - Ostrich Attaché - Limited To 30 - US $35,000
Constantine – Ostrich Attaché – Limited To 30 – US $35,000

Le plus exclusif, Imperium – 3 exemplaires –  US $175,000

L’Imperium a été un attaché-case qui incarne un genre de luxe connu seulement par la royauté durant les siècles passés. Créé avec des peaux de crocodile porosus d’eau salée australiennes sélectionnées à la main, l’attaché est sécurisé par une fermeture de pièces de monnaie en or massif estampillées d’une couronne. Trois barres dorées soutiennent la base du sac et aident à protéger la peau exotique.

Avec ses 53 cm de large, le sac est doublé de daim de qualité supérieure. L’intérieur est divisé pour mettre un ordinateur portable et une tablette. Trois grandes poches intérieures ainsi qu’un porte-plume ont également été pensées. À l’arrière, deux grands compartiments zippés doublés de vison rasé reçoivent vos objets les plus précieux.

L’Imperium est édité en seulement trois exemplaires. Pour commander, cliquez ici

Imperium Porosus Crocodile Attaché - Limited To 3 - US $175,000
Imperium Porosus Crocodile Attaché – Limited To 3 – US $175,000